home

Renard de Bermont / Regnard de Soirans

 
gesicherte Verwandtschaft
 
vermutete Verwandtschaft
 
behauptete Verwandtschaft fremder Forscher
      Humbert
REGNART
1350 g - 1370 g

Nicolas RENARD
1402 g
 
       proc. Autun et baillage
  de  Montcenis
"prevost de Langres"
 

  Amyot
RENARD
1450 g
  Claude
RENARD
1413 +
Jean
REGNARD
1433 g
   
  Sgr. de Soirans
  Sgr. de Soirans
Lt. et Cpt.
   
?

Marie RENARD
*          +         
oo 1450
Jean GARNIER
*          +         
Louis
RENARD
1491 u. 1500 g
Jean
RENARD
+ 1500
Etienne
REGNARD
+ 17.12.1500
 
Fondrement en partie
 #32029
Sgr. de Soirans, 
 Mirebel (148?), Myon ('99)
Sgr. de Soirans, 
 de Mirebel, de Myon ('91)
Sgr. de Soirans
 

?

  Thiébaud RENARD
*          + nach 1538
oo

Jeanne BLAIGNEY
*          +         
  Blaise
RENARD
1511 g
  gov. de Marast (1515), proc. de Jonvelle (1537)
 #30569
  de Moisses 
Sgr. de Rainans, Binans

Simon RENARD
* 1513 + 8.8.1573
oo
Jeanne LULLIER
* 1515 + 1594
Jean
RENARD
*               
+ 23.1.1577
Claudine RENARD
* 1510 ? + 1.2.1595
oo 22.5.1544
François TERRIER
* zirka 1510  + 1572
Louis RENARD
+ 13.4.1585
oo
Antoinette BONVALOT
Claude
REGNART
+ 4.5.1555
oo 1517
Jeanne de MONTJEU / POUPET
+ 30.8.1538
#29481 #30571 can. #30574 #30570 de Soirans, Rainans, Menotey et Myon & Anthully 
? ?

Françoise
RENARD
* (1544)

oo
Etienne
MUGNAND
Jeanne
RENARD
* 1545
+ 7.5.1602
oo 25.1.1580
Raimond
de MESMAY
Eleonore
RENARD
* (1547)

oo
Marc de
CONFLANS
Marie
RENARD
* (1549)   
+ vor1597
oo 23.12.1587
Pierre M.
MAIROT
Frédéric
RENARD
* (1552)
+       

Philippe
RENARD
* 9.6.1554
1579 Test.

-
Charles
RENARD
* (1556/60)
+        
oo (1591)
Jeanne
VIGOUREUX
Anna
RENARD
* 10.9.1563
+                
Louis
RENARD
*         
+         
oo
Jeanne
SONNET
Franciscus
RENARD
* 23.3.1565
Claude
RENARD

nach 1586
Simon
RENARD

nach 1583
?
RENARD
*         
+         
oo
Pierre
VAULCHARD
Anne
REGNARD
*             
+ vor 1570
oo
Philibert
de MONTCONIS
 
 #29487
 
 #32031
 
 #32032
 
 #31360
 
 #30830
Besançon
 #30829

 #30580

 #30850

 #30851

 #
Dole
 #30572
Dole
 
 
?
Claude RENARD
*      +     
oo
Louise-Francoise de BILLY

Anne
RENARD

* 29.2.1588
+     

Deile
RENARD
*      +    
Claudine
RENARD
* 1593 + 1612
Jacques
RENARD
* 1595
oo

...
Marie
RENARD
*         
oo 1618
Jean
Hout
Johanna
RENARD
* 09.01.1584
Jacobus
RENARD
* 28.07.1585
Antoinette
RENARD
* 22.09.1587
Anne
REGNARD
* 13.09.1591
oo 1618
Jean
Hout
Joanna Bapt.
REGNARD
* 03.06.1596
Jeanne Antoinette
RENARD
*         
+         
oo
Quentin
JACQUES
Vaivre et Montoille
 
#32034 
 
#32037

 #32036
 
#30827
 
 #30828
 
 #32038

 #

 #

 #30853
 
 #31904

 #31905
Nans
 
Anatoile RENARD
* 13.11.1637      +     
oo
Charlotte CLERC

#32040  
 
Francoise RENARD
*          + nach 1699
oo 15.11.1693
Etienne (Dom.) CAREMENTRANT
*       1665  + 12/1714
oo 20.12.1718
Claude Antoine ARGENT
Nicolas
RENARD
*        
+ 1698
Jean Baptiste RENARD
* 16?? +
oo 1.2.1681
Suzanne d'AUXIRON
* 29.08.1646 +
 
 
 
Jacques Denis RENARD
* 1683 + 1757
 
 
 

 

Hugues Renard war Ritter. Er hatte der Abtei Baugerais das Recht geschenkt, jährlich vier Bäume aus seinem Wald namens Igleis zu holen. Diese Stiftung tauscht er jedoch im Jahr 1240 mit Guillaume de Saint-Amand im Wert zu einer Pinte Korn jährlicher Rente auf sein Anwesen zu Biart. Die Abtei Baugerais befindet sich in der Diözese Tours und ist eine 1153 gegründete Filiale der Abtei Loroux. Die Abtei lag in der Pfarrei Loché. Biart ist Biard-la-Chapelle.
Quellen:
   
Conseil général d'Indre-et-Loire, Archives ecclésiastiques: abbaye de Baugerais H.2. ...Hugues Renard, chevalier, concède à l'abbaye, en échange de quatre arbres, qui avaient été donnés aux religieux, à prendre chaque année dans la forêt de Igleis, par Guillaume de Saint-Amand, un setier de grains de rente annuelle, sur son terrage de Biart, 1240. 

Humbert Regnart gehörte zu den Adligen im Bereich der Bailliage de Montcenis, die zu Beginn des Jahres 1350 eine militärische Aufgabe wahrnahmen. 1370 wird er herzöglicher Verwalter/Staatsanwalt der Bailliage d'Autun. Sein Nachfolger war vermutlich bereits 1372 Jean Esperon. Ein de Ganay, der 1375 als "procureur" genannt wird, war zudem für Auxois zuständig sowie Berater des des Grafen von Armagnac.
Quellen:
   
Mémoires: ...aux premiers jours de l'année 1350. Guillaume de Blaisy s'empressa d'organiser la poursuite avec plusiers gentilshommes du bailliage de Montcenis. Il convoqua: le sire de Montmort, le chevalier Guiche de Valote, le chevalier Jehan Dudry, Guillaume de la Palu, châtelain de Montcenis, Humbert Regnart, Patins de la Mote, châtelain d'Usseau et d'anzey, Andé d'Issy et quelques autres.
     Code criminel ou commentaire sur l'ordonnance de 1670, Band 2 von François Serpillon: zitiert "Mémoire pour servir à l'Histoire de France & de Bourgogne, ou Journal de Paris, en 1729" M'e Humbert Renard, Procureur de Monseigneur le Duc de Bourgogne aux Bailliage d'Autun & de Montcenis en 1370.


A:  Regnard starb vor 1367 durch die Hand von Bürgern aus Rouvres-en-Plaine auf der Straße nach Longvic bei Dijon. Seine Witwe, Jeanne, Dame de Montagu zu Villey-sur-Saône (heute Bonnencontre), erreichte vor Gericht eine Zahlung von 120 (Gold-Denaren?) für sich und die Eltern des Getöteten.
Quellen:
   
Archiv Côte d'Or: 1364-1367. Accord, entre Jeanne de Montagu, dame de Villey-sur-Saône (Bonneencontre), prenant en main, pour la veuve et les parents de A. Regnard, son homme, et les habitants de Rouvres, par lequel ceux-ci paient une composition de 120 deniers d'or, pour le meurtre dudit Regnard, par eux commis sur le chemin de Longvic.

Perrin  Regnard aus Bray-sur-Seine.
Quellen:
   
Archiv Côte d'Or: 1394-1401. Perrin Regnard de Bray-sur-Seine, reconnaît devoir 2 francs à Guillaume Perrin de Versaillis, qui l'avait guéri de plusieurs plaies que lui avaient faites des larrons de bois, au bois de Sestre près Saint-Seine.


Renaut Regnard Bürgermeister von Semur im Jahre 1408.
Quellen:
   
Archives: Semur-en-Auxois: Renaut Regnard, maire 1408.

Perrenot  Regnard Bürger zu Auxonne, starb etwa 1434.
Quellen:
   
Testamente: 1434: Perrenot Renard, bourgeois d'Auxonne (6479).


Jean  Regnard hommes d'armes, lieutenant et capitaine zu Marcigny, erwähnt 1433.
Quellen:
   
1433, 24 juin — Procès verbal de Lancelot, seigneur de Luirieu, bailly et capitaine général de la ville et comté de Macon pour le Duc de Bourgogne, et de George de Luirieu, seigneur de Cullo, son frère, ledit Lancelot frere ainé et en qualité de commis et deputé de Louis de Luirieu, chavalier, seigneur du Villars, conseiller et chambellan du Roi son bailly deSt Gengoux et senechal de Lion, pour demander la remise de la ville et place de Marcigny-les-Nonnains, et des châteaux de La Roche-Solutrey en Maconnais, et de NOYERS en Brionnais occupés par François Larragonnais, écuier d'écurie dudit Duc et bailly de Saint-Pierre-le-Moutier pour le Roi, et ses compagnons; ensuite et la demander de ladite remise par ledit George de Luirieu à Jean Regnard, homme d'armes et se disant lieutenant et capitaine dudit Marcigny pour ledit Larragonais; lequel lieutenant a répondu qu'il ne pouvoit effectuer ladite remise attendu qu'il en avoit pas pouvoir spécial ... Larragonnais qui devoit d'ailleurs être assuré d'être dédommagé des frais des réparations et garde dudit Marcigny-les-Nonnains, qu'il ne remettra qu'audit Larragonnois son maitre, ou à Perrenet Grasset son oncle. Dokumente ohne Style-Sheet


Nicolas Renard war 1402 Präfekt bzw. Vogt von Langres, wo es auch den Familiennamen Garnier gab... (s. Marie Renard oo Jean Garnier 1450)
Quellen:
    Histoire de Jonvelle: Nr.1354, Nicolas Renard, prevost de Langres; Saichent tous que l'an de grâce mil quatre cens et deux, le premier jour du mois de novembre, nous séant en jugement, vindrent en leurs propres personnes Perrenot Gaulthier, Guillaume Alexandre, eulx deux eschevins de Jonvelle, Jehan Alexandre et Robert Garnier, bourgeois dudit lieu...

Claude Regnard, Herr von Soirans, ist 1413 zu Soirans bestattet worden. Seine Grabkammer und jene des Jean Regnard, gestorben 1500, sind 1964 unter Schutz gestellt. 
Quellen:
   
Kulturministerium: Salle funéraire de Claude Regnard, chevalier mort en 1413, et de Jean Regnard, écuyer, seigneur de Soirans, mort en 1500. Date protection: 1964/01/22

Amyot Renard, Herr von Soirans, erwarb um 1450 große Teile des Lehens von Jean de Florence. Binans besaß er bereits. 1459 ist Amiot Regnart Bürgermeister von Auxonne. Möglicherweise handelt es sich um den 1464 genannten Salzhändler.
Quellen:
   
Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, Tome 5, Alphonse Rousset, Frédéric Moreau, 1857: Jacques, fils de Nicolas de Florence, fournit le dénombrement de son fief en 1381 et en 1385, et laissa pour héritier Jean de Florence, son fils, qui vendit ses droits, avant 1450, à Amyot Renard, seigneur de Soirans, déjà possesseur, à titre successif, de la portion dite de Binans. Les habitants, réunis en assemblée générale, reconnurent, en 1488, être sujets en toute justice de Jean et Louis Renard, seigneurs de Soirans, fils d'Amyot Renard.
    Archiv Besançon: B 281 - Greniers à sels et limites. Don de 600 charges de
sel par le du Philippe le Bon à Girard ROBOT, Amiot REGNARD, Jean DRUET et
Perrenod LANDROL, marchands de sel bouchet au duché de Bourgogne et au comté de
Charolais. An 1464.
    Auxonne - La forêt des crochères: Un arrêt du grand conseil de Bourgogne, tenu à Bruxelles le 27 mai 1459, régala les débats survenus entre le procureur ducal au bailliage de Dijon et les maire et échevins d'Auxonne au suiet des droits respectifs du duc et de la commune. ...Savoir faison que comparées audit jour ou autre deppendant d'icelui par devant nostre dit conseil, nous estans en ceste nostre ville de Brousselles, nostre procureur général pour nous, d'une part, Amiot Regnart, mayeur; Gerart Robot bourgeois, Peirenot Friaur, notaire publicque et Jehen Chaigne, procureur, suffisamment fondé comme il est apparu, des eschevins, bourgeaois, manans et communauté de nostre dicte ville d'Auxonne, d'autre part, ... 

Etienne Regnard Edelmann und Herr von Soirans, Rat und Hofmeister des Königshauses starb am 17. Dezember 1500 zu Soirans und liegt in der Pfarrkirche St. Vinzenz begraben. Im selben Grab liegt Claude Regnard, Ritter und Herr von Anthully und Myon, der den 4. Mai 1555 starb.
Quellen:
   
Mémoires: Cy gist noble puissant S'gr Estienne Regnard Escuier S'r de Soirans Conseiller et maistre d'hostel ordinaire de la maison du roy nostre sire qui trespassa au chasteaul et maison fort dudit Soirans le 17 de décembre 1500. Aussy y gist messire Claude Regnard chler S'r dud. Anthully et Myon o'i trespassa le 4 de mai 1555

Blaise Renard Herr von Moissey, kaufte 1511 von der Familie de Florence, von Claude und Guigue, die Herrschaften Menotey und Rainans. In den Besitz von Moissey war die Familie 1480 gelangt, als Claude de Chassey nach den Zerstörungen des französischen Krieges an die Brüder Renard verkaufte.
Quellen:
   
Histoire de Menotey: Il (Jean de Florence) eut pour fils et successeurs Claude et Guigue de Florence, qui, comme nous le verrons, vendirent ce qu'ils avaient de seigneurie à Menotey et à Rainans, à Blaise Renard, sieur de Moissey. (...) La seigneurie de Menotey fut vendue par Claude et Guigue de Florence en 1511 à Blaise Renard, sieur de Moissey, "lequel fut tiré en cause du procureur fiscal pour avoir pris possession sans faire le devoir de fief de icelle seigneurie envers Messire le Maréchal".
    "Le 12 février 1512, le dit Blaise Renard donna son dénombrement après avoir fait le dit devoir de fief, tel que s'en suit" et reconnait tenir de madamme Marguerite, lors comtesse de Bourgogne, à cause de son chastel, chastellenie et prévoté de Dole, un meix censes, tailles, redevance, justice haut, moyenne et basse, acquis de Claude et Guigue de Florence."
    Châteaux et demeures du Jura Von Annie Gay: Il (le château de Moissey) appartint aux seigneurs de Moissey... Les guerres de la fin du XV'e siècle lui furent fatales, et en 1480 Charles de Chassey le vendit auy frères Renard, considérant que ce bien lui était de peu de profit, vu la totale ruine par la fortune de la présente guerre. Au début du XVI'e siècle, Huges Marmier, sieur de Gastey, lieutenant général du bailliage d'Amont puis président du Parlement de Dole, en était le propriétaire et entreprit de le relever.

Jean Renard und sein Bruder Louis, Kinder des Amyot Renard, waren Herren von Soirans und Mirebel. Beide prozessierten angeblich 1407 mit Catherine de Sugny der Äbtissin von Chateau-Chalon. Die Datierung ist jedoch falsch und heißt vermutlich 1487, denn die besagte Äbtissin war von 1480 bis zu ihrem Tod am 26.2.1488 im Amt. Die Herrschaft Mirebel war von 1280 bis zur Eroberung durch Louis XI (1479) im Besitz der Familie de Vienne. Ein Teil des Schlosses wurde bei den Kämpfen zerstört, Jean de Chalon-Arlay als letzter Besitzer aus dem Haus de Vienne enteignet. Möglicherweise kam die Familie Renard zu dieser Zeit in den Besitz von Mirebel. Erwähnt wird das aber in den Geschichtszusammenfassungen nicht. Ihnen zufolge ging der Besitz ohne Unterbrechung auf das Haus Oranien-Nassau über. Vermutlich war die Zeit der Renards zu Mirebel auch recht kurz. 1491 waren die Brüder vorübergehend in der Normandie aktiv. Möglicherweise verschaffte sich die Familie dadurch auch dort Absatzmärkte für Salz. Schon 1489 hatte ein Jean Regnard das königlich verbriefte Recht der Salzlieferung zu Alençon, möglicherweise derselbe, der schon 1482 zu Rouen erwähnt wurde.
Vermutlich war Jean 1473 auch Bürgermeister von Auxonne und Deputierter der Landesversammung von Burgund zu Dijon.

Quellen:
    Rémy Démoly: Mirebel. Procès entre Louis et Jean RENARD, seigneurs de Sorans et de Mirebel et Catherine de Sugny, abbesse de Château-Chalon. An 1407.
    passion-chateau.fr:
A la mort de ce Jean de Vienne en 1422, le fief de Mirebel quitta la famille de Vienne pour les Chalon-Arlay, devenus par la suite Princes d’Orange. En 1479, les armées de Louis XI ruinèrent en partie le château et Louis XI confisqua les biens de Jean de Chalon-Arlay. La seigneurie de Mirebel fut restituée, au début du XVIe s., à la famille des Princes d’Orange qui devait ensuite devenir, par mariage, Orange-Nassau et régner sur les Pays-Bas comme c’est encore le cas aujourd’hui. Mais le château de Mirebel ne se releva pas de ses ruines même s’il servait encore de poste de guet jusqu’à ce que les troupes.
    Aperçus historiques sur le vieil Alençon à propos de la Briante et de la rue aux Sieurs / par Louis Duval: A partir de 1484 la municipalité d'Alençon fut réduite à quatre échevins et à un procureur et syndic, élus pour trois ans. C'est ce qu'on voit par le procès-verbal d'une assemblée des habitants tenue en la cohue d'Alençon, le 15 février 1489 (n. s.), portant adjudication à Jean Regnard, du droit de fournissement du grenier a sel, en vertu des lettres d'octroi du roi, en date du 5 février 1484 (n. s.) On y voit figurer François de Saint-Denis, Raimon le Court, Jehan Caillard et Macé Morant, échevins et Robert B ourgeon, procureur de la ville.

    Archives Départementales: Prise à fieffe, par 3 livres 10 sous de rente, de Guillaume Ango, lieutenant général du vicomte de Rouen, par Jean Regnard, 12 août 1482
    Revue Historique: Catherine de Sugny, décédée le 26 février 1488.
    Kulturministerium: Salle funéraire de Claude Regnard, chevalier mort en 1413, et de Jean Regnard, écuyer, seigneur de Soirans, mort en 1500. Date protection: 1964/01/22
    Archives de la Cote-D'Or, C1995: 1473, J.Regnard, écuyer, sieur de Soirans, maire d'Auxonne, deputé aux États des pays de Bourgogne tenus à Dijon.

Jean Regnard war Schiedsrichter im Weidestreit der Einwohner von Vermondans gegen den Finanzverwalter von Neuenburg. Er war Pfarrer von Dambelin. Der Streit war 1489 (erneut) entflammt und wurde 1496 entschieden.
Quellen:
   Recherches historiques et statistiques sur l'ancienne seigneurie de Neuchatel Elles (les habitants de Vermondons) tombèrent d'accord pour choisir de nouveaux arbitres; ce furent Jean de Nathay, curé de Goux, Jean Naviet de Goux, curé de Loray, Jean Regnard, curé de Dambelin, et Thièbaud de Ladroye , curé de Grandfontaine, receveur à Neuchàtel. 

Louis Renard war Herr von Soirans und Herr von Myon, 1491 und 1499 wird er mit dem Titel eines Kammerherrn ("chambellan") des Königs erwähnt. 1491 war er noch Hauptmann der Städte Harfleur und Montivielliers bei Rouen in der Normandie. 1499 ist er Großamtmann von Amont, im Jahr 1500 als Louis Regnart tabellion général (Urkundsbeamter und Archivar?) zu Vesoul.
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Louis Renard, chevalier, seigneur de Sorans et de Myon, chambellan du Roi, étoit grand Bailli d'amont en 1499. 
    Chartes Documents Historiques (Normandie): Jean Regnart, écuyer, seigneur de Myon, commis de par le roy à la garde de la ville de Harfleur pour l'absence de noble et puissant seigneur Louis Regnart, chevalier, conseiller et chambellan du roi, capitaine des villes de Harfleur et Montivilliers, mande à Louis Raullin, receveur des deniers royaux, de payer à Jean Vaigepinte et à ses compagnons 10 livres 17 sols tournois pour avoir transporté cinq pièces d'artillerie de Rouen à Harfleur. (10 avril 1491.)
    Inventaire sommaire des Archives départementales: Courcelles-lez-Équevilley: Dénombrement donné à Philippe le Beau par Jean d'aubonne, écuyer, pour une portion de seigneurie (sous le seing de Louis Regnart, tabellion général à Vesoul), 1500.


Claude Renard war Ritter und Herr von Soirans. Ihm sind 1514 und 1527 die Rechte seines Vaters Blaise bestätigt worden, nämlich der Besitz zweier Herrschaften zu "Reynans" (Rainans mit Menotey): eine "von Blaise Renard vom Haus de Florence erkaufte, die andere ererbt, nämlich die Herrschaft Binans". 1546 kam es zum Streit, weil Claude das Zeichen der Hochjustiz, das sein Vater zur Bestrafung aller Kriminellen in der gesamten Herrschaft auf dem Marktplatz aus Holz installiert hatte, erneuern lassen wollte. Die Einwohner, die zu den Herren de Florence statt zur Familie Renard hielten, appellierten an den Kaiser und betonten, sie unterstünden nur ihm. Claude heiratete 1517 Jeanne de Montjeu, die  Schwester des Philipp de Antully, dem letzten aus dem Hause Montjeu. Weil dieser nicht heiratete, erhielt Claude 1535 zwei Drittel von Antully und Champitaux. Den dritten Teil erhielt später sein Schwager auf dem Erbwege, der Herr von Mailly. 1537 wurde das Lehen bestätigt, schon im Jahr darauf starb seine Frau. Auf ihrem Grabstein ist auch sein Wappen zu sehen, mit einem goldenen Eberkopf, dann 1 zu 4 geteilt in blau/... mit jeweils einem Fuchs im Streifen... Der Besitz von Claude Renard, "sieur de Soirans", ist 1556 an die Montureux verkauft worden. Claude war am 4. Mai 1555 gestorben und liegt im Grab des Etienne Regnard mit bestattet - wie seine Frau in der Kirche St. Vinzenz in Soirans. 
Quellen:
   
Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Suivant les lettres-patentes de l'Archiduchesse Marguerite, des années 1514 et 1527, Claude Renard, chevalier, seigneur de Sorans , possédoit deux seigneuries à Reynans; l'une acquise par Biaise Renard, de la maison de Florence; l'autre venant par succession , appelée la seigneurie de Binant. 
    Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, Tome 5, Alphonse Rousset, Frédéric Moreau, 1857: Marguerite, archiduchesse d'Autriche, confirma en faveur de Claude Renard, en 1529, I'échange fait par le duc Eudes avec Nicolet de Florence. Ce seigneur laissa deux filles: N... Renard, mariée à Pierre Vaulchard avant 1554, et Anne, épouse de M. de Montconis en 1565, qui recueillirent sa sucicession. Adrien de Montureux acquit les seigneuries de Raynans, Gredisans et Menotey en 1579. A sa mort, ses biens furent vendus par décret et adjugés à Henri de Montureux, son fils, en 1584. [> s. Amyot Renard]
    Archives dept. Doubs: Raynans. Requête de Claude Renard, S'r de Sorans, Raynans et Menotey, demandant à Marguerite d'Austriche la confirmation de ses titres de propriété de Rayans et Menotey, jadis détachés du domaine pa un échange fait avec les Scaglia de Florencem au XIV'e siecle, 1527. B2929 Rochefort. Vente d'une pré par Claude Renard, S'r de Sorans, Myon, Menotey, etc., à Guyot de Vaudrey et à Catherine de Reculot, sa femme, 1548.
    Histoire de Menotey: En 1546 Claude Renard, fils de Blaise, voulut rétablir cette marque de son droit de haute justice, les habitants s'y étant opposés, il adressa une requête à l'empereur, demandant...
    La Tour de Champitaux: Au seizième siècle, Philippe, seigneur d'Antully, le dernier des Montjeu, resta célibataire, et comme il était possesseur des deux tiers de Champitaux et d'Antully, il céda ces deux tiers, en 1530, à son beau-frère Claude Regnart, seigneur de Soirans, tout en se réservant la jouissance. Claude Regnart en reprit de fief, le 2 octobre 1535. Deux ans plus tard, Philippe de Montjeu ayant recueilli le troisième tiers de la seigneurie dans la succession du Sr de Mailly, son autre beau-frère, il l'échangea encore à Claude Regnart. Celui-ci en fit une nouvelle reprise de fief, le 8 août 1537. Claude Regnart, mari de Jeanne de Montjeu, devint donc seigneur, pour la totalité, d'Antully et de Champitaux. Il était fils de Louis Regnart, seigneur de Soirans, chambellan du roi et son bailli d'Amous en la comté de Bourgogne. Il mourut vers 1554, laissant une fille, nommée Anne, qui épousa Philibert de Montconis. 
    Mémoires: (in Großbuchstaben:) Cy gist noble dame Jehane de Montjeu a son vivant femme de noble seigneur Claude Regnard chevalier seigneur de Soirans, Regnaud, Menostey et Myon qui trespassa au chasteaul et maison fort dud. Soirans le penultiéme d'aoust la 1538 dieu ay't son ame. amen (Grabstein in der Pfarrkirche St. Vinzenz zu Fouffrans-lès-Soirans, ebenso eine Reliefabbildung von ihr. Wappen mit Eberkopf und Fuchs) (...) Jeanne de Montjeu, fille de Philibert de Montjeu et de Louise de Poupet, était, en 1517, femme de Claude Regnard, seigneur de Soirans. Ein weiterer Grabstein: Cy gist noble puissant S'gr Estienne Regnard Escuier S'r de Soirans Conseiller et maistre d'hostel ordinaire de la maison du roy nostre sire qui trespassa au chasteaul et maison fort dudit Soirans le 17 de décembre 1500. Aussy y gist messire Claude Regnard chler S'r dud. Anthully et Myon o'i trespassa le 4 de mai 1555

Anmerkung: 
    Binans gehört seit 1822 zu Publy, Arr. Lons-le-Saunier. Es umfasste Blye, Nogna, Poitte, Verges, Publy und Briod. Nicht weit entfernt befinden sich Chatillon und Mirebel. Die Baronie liegt etwa 50 km S von Dole und in der Nähe der Abtei Chateau-Chalon. Die Herrschaft Rainans liegt noch näher an Dole.

Thiébauld Renard (auch Regnard) gehörte 1502 zu den adligen Schülern des Collegs Gèrôme in Vesoul und studierte in Dole Jura. Sein Name steht auf der Liste der elf Erwählten von Vesoul, allesamt Juristen, von etwa 1515. Er war 1515 Gouverneur der Herrschaft Marast und spätestens 1537 "procureur" (Staatsanwalt) des Philippe de Ghénarraz, Ritter vom Jakobsorden (chevallier de l'orde de Saint-Jacques), eines Spaniers, in Jonvelle (Franche-Comte, nord-westlich von Vesoul, wo sich die Ruine von Schloss Bourbévelle befindet). Möglicherweise diente er zwischenzeitlich bereits Philipps Vater, Diégo Ghénarraz, in gleicher Funktion. 1537/38 erarbeitete er gemeinsam mit dem Notar Jean Dubois eine völlig neue Erhebung sämtlicher Rechte und Pflichten der Untertanen.
Quellen:
  
Nobiliaire de Franche-Comté Les élèves nobles qui composèrent la députation furent... Thiebaud Renard, de Vesoul. (Anlässlich des Besuchs von Philipp dem Schönen am 5.8.1502)
   Jérôme COLINET Internetstammbaum: Thièbaud Regnard, Gouverneur de la Seigneurerie Marast 1515, Notaire Juge. Notierte zudem: Thièbaud Renard étudiant à l'université de Dole, avait été du nombre des élèves nobles députés, le 5 âout 1502 au collège Saint Gérôme, au devant de Philippe le Beau Archiduc d'Autriche et comte de Bourgogne.
   Marc de SAINT MELEUC Internetstammbaum. Thiébaud Renard & Jeanne Blaigney.
   Geschichte von Jonvelle im Internet: Thiébaud Renard, procureur, für Philippe de Ghénarraz (irrtümlich auch de Navarre). vergl. Archives

Jeanne Blaigney trägt einen recht seltenen Namen, der sowohl in Frankreich als auch auf den Britischen Inseln vorkommt. "Gui de Chatillon, Visc de Blaigney & Sir deLaFere" ist ein Beispiel. So führt eine Linie über Gaucher V. de Chatillon, Comte de Porcien, geboren um 1255, verheiratet mit Hélisende de Vergy zu Guy de Chatillon, geboren 1305, verheiratet mit Maria von Lothringen, zu einem Sohn namens Gaucher de Chatillon, vicomte de Blaigney, geboren 1330, verheiratet mit Jeanne de Concy. Deren Tochter Marie de Chatillon heiratete Henry de Monfoucon, Signor d'Orbe. Über Agnès de Montfoucon, vicomtesse de Blaigny, gestorben 1439, ging der Titel auf die Familie Neufchatel über, denn sie hatte am 22.4.1398 Thibeault VIII, Sgn. de Neufchatel geheiratet. Jeanne, die Tochter von Humbert de Neufchatel, Signieur de Nanteuil-la-Fosse, und Claudine de Ténarre, dame de Plancy, trug den Titel Vicomtesse de Blaigny. Sie heiratete Saladin d'Anglure, Sign. d'Estges, geboren um 1440, und der Titel findet sich danach bei René d'Anglure, vicomte d'Estoges et de Blaigny, obwohl ich im Internet nur zwei Töchter des Jean de Béthune gefunden habe: Isabell d'Anglure oo Gianantonio Lesearis, conte di Tenda, senhor de Villeneuve, und Jeanne III de Béthune, Sgn. de Bay. Ein direkter Bezug zu  Jeanne Blaigney ist jedoch nicht in Sicht.
Quellen:
   Marc de SAINT MELEUC Internetstammbaum.
    Geneall: Guy de Châtillon, vicomte de Blaigny * 1305 oo Marie de Lorraine > Gaucher de Châtillon, vicomte de Blaigny * 1330 oo  Jeanne de Coucy > Marie de Châtillon oo Henri de Montfaucon, seigneur d' Orbe.
    Famille de Carné: Agnès de Montfaucon, Vicomtesse de Blaigny ca 1393-1439; Verheiratet am 22. April 1398 mit Thibault VIII, seigneur de Neufchâtel ca 1386-1459 , mit Jean de Neufchâtel, seigneur de Montaigu †1489; Verheiratet am 20. November 1437, Hesdin, mit Margarida de Castro †1483 , mit. 
    Gastel Family Database:"Gui de Chatillon, Visc de Blaigney & Sir deLaFere"

Marie Renard ist als Tante des Botschafters Simon Renard bezeichnet worden. Die Familie ihres Ehemannes, Jean Garnier, soll zu den ältesten und vornehmsten der Gegend gehört haben. Marie Renard stiftete die Glockenkapelle (?) in Fondremand, das Ihr zum Teil gehörte. Allerdings ist sie auch für eine Tante recht alt, wenn das Ehedatum von 1450 stimmt.
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Jean Garnier, écuyer, épousa en 1450 Marie Renard, dame en partie de Fondremand. Cette dame, tante de l'Ambassadeur Simon Renard, fonda la chapelle des cloches à Fondremand. 

Simon Renard, studierte Jura - zunächst in Dôle und später in Löwen (Leuven, Louvain in Belgien). Als "lieutenant général" war er der ranghöchste Stellvertreter des Königs im Amt Amont mit Sitz in Vesoul (Bailliage d'Amont). 1543 erstmals als Untersuchungsrichter genannt in einem Fall, der den Abt Franz Bonvalot betraf. 1547/48 war er bereits an sehr verschiedenen Orten tätig. Vom Februar 1547 aus Ulm datiert seine Berufung als "Maître des requêtes". Damit war er Staatsanwalt am Hofe mit Sonderaufgaben. Es gab ein Intermezzo (1547?) als Übergangsgouverneur in Mailand (damals bereits mit dem Beinamen "de Bermont" [auch "de Bermond"]). Renard, der auch Mitglied des flandrischen Parlaments (oder erst später) war, repräsentierte den Kaiser am Augsburger Reichstag. Renard war zudem bei der Schlacht in Mühlberg an der Elbe zugegen, die den Schmalkaldischen Krieg (Katholiken gegen Protestanten) entschied. Ob er dort erst durch seine militärischen Fähigkeiten dem Kaiser auffiel und welche Vermittlungshilfe er von der Familie seines späteren Erzfeindes Granvelle erhielt, habe ich noch nicht klären können. Karl V. adelte Simon Renard jedenfalls und machte ihn zum Ritter vom Goldenen Schlüssel im Range eines Pfalzgrafen. Der Kaiser entsandte ihn zudem als Botschafter zunächst nach Frankreich (1549), dann nach England, wo er 1553 Maria I. den Titel "blody Mary" verpasst haben soll und 1554 erfolgreich die Hochzeit mit dem spanischen Enfanten, Philipp II., Karls Sohn, einfädelte. Weniger erfolgreich war der Staatsmann 1556 in den Augen seiner Widersacher im Aushandeln des Friedens mit Frankreich, da er das (aus der Ausbeutung Amerikas eigentlich überreiche Spanien) ruiniert haben soll. Tatsächlich war Spanien durch seine zu schnelle Expansion im Jahr 1557 zahlungsunfähig. Der Kardinal Granvelle hasste Renard jedenfalls bis aufs Blut, und Renard nutze jede Gelegenheit, den Kontrahenden mit Worten, Karrikaturen und politischen Mitteln bloßzustellen. Schließlich wurden beide von Philipp II. aus Flandern abberufen. Renard wird 1564 in Madrid Berater des Königs. 1573, im Alter von 60 Jahren, wird er tot in seinem Bett gefunden. Spekulationen besagten, sein Widersacher, Grandvelle, habe ihn beseitigen lassen. Der Streit mit Grandvelle zog sich über Jahrzehnte. Pikant: Die Familien Renard und Granvelle waren offenbar weitläufig über die Familie Bonvalot verwandt, und später arbeitete gar ein Simon Renard als Sekretär des Kardinals, der dem Zweig der Familie aus Dole oder Besançon entstammte, vielleicht sogar Simons Neffe war. Nachkommen sind nur für den Sohn Charles belegt. Philippe starb kinderlos, von Frederic ist nur der Name erwähnt. Die zunächst in Brüssel mit den Kindern zurückgebliebene Witwe zog wieder nach Burgund und erhielt noch 1584 ein Lehen im Val de Vyt. Granvelle bot ihr seine Hilfe an und nannte dies später einen Beweis dafür, dass er nichts mit dem Tod Simons zu tun haben könnte... 
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Simon Renard , Seigneur de Bermont, lieutenant-général du grand bailliage d'amont, fut du nombre des gentilshommes comtois qui allèrent volontairement combattre dans l'armée de Charles-Quint, en Allemagne. Ces braves passèrent l'Elbe à la nage et battirent les confédérés à Mulberg, en 1547. Cette circonstance, le fit connoître particulièrement de l'Empereur. Les Perrenot, qui précédemment avoient su l'apprécier, le présentèrent à sa Majesté, comme un sujet capable de bien servir. Il étoit savant en droit et en diplomatie. Il avoit un esprit vif, entreprenant et courageux. Charles-Quint le fit chevalier, maître des requêtes, et le nomma son Ambassadeur en France, en 1548. Il lui accorda, par son ordonnance du 24 janvier de cette année-là, cinq ducats et six livres par jour, outre les gages ordinaires de maître des requêtes. L'Empereur fut si content de lui qu'il le choisit pour négocier la plus importante affaire qui pouvoit intéresser la Cour d'Espagne. C'étoit le mariage de Philippe II avec Marie, Reine d'Angleterre. Simon Renard en avoit donné le projet, il le fit réussir, et il eut l'honneur d'épouser la Reine, au nom du fils de son Prince, le 9 juin 1554. Au retour de son ambassade d'Angleterre il fut nommé Ministre plénipotentiaire, et convint, en cette qualité, de la trêve de Vaucelles en 1556. Ses ennemis prétendirent qu'il avoit eu tort d'y consentir. Il suffiroit de dire pour le justifier, que l'Empereur avoit désiré ce calme pour remettre en d'autres mains le pénible fardeau de ses couronnes, et pour affermir le nouveau règne de son fils. C'est ce qu'affirme Mézerai, cet historiographe digne de confiance. Onsera convaincu de la nécessité de cette trêve lorsqu'on se rappellera que la France et plusieurs Princes d'Allemagne étoient coalisés avec le Turc contre Charles-Quint; que cet Empereur trahi, sans armée, atteint de la goutte, avoit été obligé de fuir dans une litière; que son Ministre s'étoit sauvé sur un cheval auquel on n'avoit pas eu le temps de mettre une selle, ni une bride; qu'ensuite l'Empereur avoit été forcé de lever le siége de Metz, après y avoir perdu trente mille hommes; qu'il avoit été battu, anéanti, et qu'il étoit harcelé de toutes parts. Etienne Quiclet, avoit été maître d'hôtel de Simon Renard pendant son ambassade de France. Il se retira à Dole. Il fut convaincu d'intelligence avec les Français, et d'en recevoir une pension. Ce fut, pour les méchans, un titre  d'accusation contre son ancien maître qui l'avoit congédié depuis longtemps: la calomnie ne prévalut pas: Simon Renard fut envoyé une seconde fois ambassadeur en France en 1556. Ensuite il fut conseiller aux conseils d'état et privé à Bruxelles. L'hérésie faisoit de grands progrès aux Pays-Bas. Le Roi crut y remédier en ordonnant la publication du Concile de Trente et l'exécution des ordonnances de Charles-Quint, portant rétablissement de l'inquisiton et peine de mort contre les hérétiques. Les Conseils d'état et privé se permirent quelques représentations; ils désiroient qu'on épuisât d'abord tous les moyens de douceur et de conciliation. Le Cardinal de Grandvelle qui n'avoit pas cette opinion, accusa Renard d'être l'auteur de ces remontrances. Renard, fier de son naturel et de son bon droit, ne garda pas dans sa défense assez de ménagement contre un ministre puissant, autrefois son ami intime. Le Cardinal lui voua une haine implacable, il trompa la Cour, Simon Renard fut à Madrid, pour faire approuver le plan qu'il avoit proposé, mais il ne put obtenir cette approbation, le parti contraire eut la préférence et fit perdre à l'Espagne de belles et riches Provinces. Le Roi ne lui rendit pas sa faveur, mais il ne le priva pas entièrement de sa confiance, puisque le 21 mai 1565, il l'envoya consulter par François Erasso, sur les affaires de Bourgogne. Il mourut à Madrid, après y avoir fait, le 6 novembre 1572, un testament qui est à la bibliothèque de la ville de Besançon, tome IV des cartulaires. Suivant ce titre et plusieurs autres originaux qui sont chez M. de la Terrade, un de ses descendans, Simon Renard avoit épousé Jeanne Lulier, sœur de Hubert Lulier, écuyer, seigneur de Preigney; il en eut trois garçons et quatre filles. 1.° Philippe Renard filleul du Roi, il testa à Besançon le 13 de janvier 1579, et mourut sans enfans. 2.° Charles qui a continué la postérité masculine. 3.° Fréderic. 4.° Françoise, mariée à Etienne de Mugnan; seigneur de Comberjon, fils de Jean de Mugnan, chevalier de St.-Georges. 5.° Marie Renard, qui épousa, par contrat du 23 décembre 1587, Pierre Mayrot, écuyer, seigneur de Vallay, dont les descendans ont prouvé la noblesse de Simon Renard et Jeanne Lulier, dans leurs seize quartiers. 6.° Eléonore Renard, épouse de Marc de Conflans, écuyer, seigneur d'Amance, dont la famille est éteinte par Auguste-Madeleine de Conflans, dame de Montureux, mariée, par contrat du 26 mars 1702; à Philippe, comte de Monlezun. 7.° Jeanne, mariée à noble Raimond de Mesmay. Ces enfans obtinrent, le 24 de mars 1597, une ordonnance pour toucher neuf mille francs arriérés des pensions de leur père. Tous les papiers de famille prouvent que Simon Renard dépensa une partie de son patrimoine au service du Roi, au lieu de suivre l'exemple de la plûpart des ministres qui ont tant de moyens d'augmenter leur fortune. Charles Renard, seigneur de Bermont, acheta la terre de Fouchécourt en 1590. Il épousa Anne Vigoureux, fille de Quentin Vigoureux, écuyer, seigneur de They, Mugnans, etc. et de Marguerite de Vers. Il en eut Deile, Claude, Claudine et Anne Renard. Claude Renard, écuyer, seigneur à Vaivre et Montoille, épousa Louise-Françoise de Billy, et fut père d'Anatoile Renard, né le 13 de novembre 1637, marié à Charlotte Clerc, fille de Jean Clerc de Neurey, seigneur de Belmont, Trétudant , Bellefleur, etc. Conseiller d'Etat du Duc de Lorraine. De ce mariage naquirent Nicolas et Françoise Renard. Nicolas Renard étant jeune écolier, fut assassiné à Vesoul, par un mari qui, dans un accès de jalousie, le prit pour un autre dont il croyoit recevoir une injure. Françoise Renard épousa, par contrat du 15 novembre 1693, Etienne Carementrant, écuyer, docteur èn droits, conseiller au Présidial de Vesoul, de la famille de Claude Carementrant, écuyer, lieutenant-général du grand Bailliage d'Amont, tué au siége de Vesoul par Tremblecourt, en 1595. Elle eut plusieurs enfans: deux garçons, prêtres; deux filles, religieuses , et deux filles mariées. L'aînée, nommée Marie-Anne, épousa en 1722 Jean-César Labbey, écuyer, seigneur de Feules et autres lieux, fils d'Antoine Labbey, écuyer, seigneur de Sauvigney; Feules, Autrey, etc. Conseiller d'état du Duc de Lorraine. La cadette, Jeanne-Charlotte, fut la seconde femme de Deile du Montet de la Terrade, écuyer, capitaine de cavalerie, veuf de Marie-Anne du Laurent, et fils de Jean du Montet de la Terrade, écuyer, capitaine de cavalerie. Claudine Renard, sœur de Simon, épousa noble François Terrier, seigneur de Ranzevelle. Louis Renard, frère de Simon, épousa Antoinette Bonvalot, dont il eut Louis Renard, écuyer, seigneur de Neurey, qui eut plusieurs enfans de Jeanne Sonnet d'Auxon. Jean Renard, frère de Simon, fut chanoine à l'église métropolitaine; et official du Diocèse de Besancon. Claude Renard, de Dole, neveu de Simon, est titré d'amé et féal, dans les patentes de général des monnaies, que le Roi lui accorda le 8 juillet 1589. Louis Renard, chevalier, seigneur de Sorans et de Myon, chambellan du Roi, étoit grand Bailli d'amont en 1499. Suivant les lettres-patentes de l'Archiduchesse Marguerite, des années 1514 et 1527, Claude Renard, chevalier, seigneur de Sorans , possédoit deux seigneuries à Reynans; l'une acquise par Biaise Renard, de la maison de Florence; l'autre venant par succession , appelée la seigneurie de Binant. Françoise Renard, épouse de M. Carementrant, vendit la co-seigneurie de Reynans en 1699, quelques temps après la mort de son frère , dont elle fut héritière. J'ai ouï dire que Messieurs de Bermont de Villerspos, étoient du nom de Renard, seigneurs de Bermont ; cependant, suivant les preuves de M. de Sonnet à St.-Georges, Gabriel de Bermont, écuyer; fils de Claude de Bermont, n'a point le nom de Renard, et il ne le donne pas à son père dans son contrat de mariage accordé le 10 juin 1606 avec Jeanne-Baptiste du Tartre, fille de François du Tartre, écuyer. De ce mariage naquit Ermenfroid de Bermont, marié, par contrat du 6 janvier 1640, à Charlotte de Precipiano, dont il eut Gaspard-Joseph de Bermont, écuyer, qui épousa , par contrat du 3 de septembre 1690, Simone Racle de la Roche Marie-Alexandrine de Bermont, leur fille, étoit la mère d'Erard-Joachim-Irénée Sonnet; seigneur d'Auxon, reçu à St.-Georges en 1753. La généalogie manuscrite dont on a parlé, porte que Charles Belin, mari de Catherine Renard, étoit fils de Claude Belin, conseiller au Parlement, et d'Etiennette Clerc. Ce Claude Belin étoit originaire de Gy; sa famille s'étoit établie à Vesoul. M. Dunod, (nobiliaire, page 650, ) dit qu'il eut un fils dont la fille unique fut mariée à M. de Mongenet ; elle se nommoit Françoise, et son mari Gaspard de Mongenet , de Vesoul , lieutenant-général du Bailliage de Dole. N'ayant pas eu en communication les papiers de famille de Messieurs Belin, je ne rapporterai que ce qui est dans les registres de Gy, de Vesoul, et autres titres publics.
  
Général DE MESMAY (zitiert bei Colinet): SIMON RENARD, chevalier, seigneur de Bermont, Bourbévelle, né à Vesoul vers 1513, reçu docteur es droits à Louvain, avocat au bailliage d'Amont, lieutenant général à Vesoul, puis, le 24 avril 1547, conseiller maître des requêtesordinaires de l'hôtel de l'Empereur. Gouverneur provisoire du duché de Milan, et présent à la bataille de Mulberg en 1547, il siège à la diète d'Augsbourg en 1548 et il est institué chevalier de la Clef Dorée et comte palatin par patentes de Charles Quint de janvier 1548 et 1549 datées de Brùxelles Ambassadeur en France en 1549, puis en Angleterre, où il négocie en 1554 le mariage de Philippe II et de 1a reine Marie, il est en 1556, à Vauxolles, le principal négociateur dela trève de ce nom avec Henri II. Conseiller au Conseil Privé de Madrid en 1564, et tombé peu après dans la disgrâce de S.M C, il y mourut le 8 août 1573, dans son lit, assassiné peut-être par les sbires de son ennemi Granvelle. Il avait épousé Jeanne Lullier fille de Nicolas, seigneur de Raucourt , et de Guyotte d'Orchamps.
   Michel Baelde: Biografie Simon Renard. Lid van de Geheime Raad, lid van de Raad van State. Simon Renard werd omstreeks 1513 te Vesoul in de Franche-Comté geboren. Samen met Granvelle studeerde hij te Leuven. Als doctor in de rechten werd hij benoemd tot hoogleraar in zijn geboortestad, gevolgd door een aanstelling als raadsheer in het Parlement te Dole. Op 1 februari 1548 werd Renard benoemd tot gewoon raadsheer in de Geheime Raad, zonder dat hij erin te werk werd gesteld. In 1549 werd hij benoemd tot ambassadeur in Frankrijk. Nadat Hendrik II van Frankrijk de oorlog had verklaard en Renard had teruggestuurd, werd Renard op 1 januari 1552 raadsheer naast Karel V. Van 1553 tot 1555 was Simon Renard ambassadeur in Engeland, waar hij besprekingen voerde voor het huwelijk van Filips II met koningin Maria Tudor.
In september 1555 verliet hij Engeland en op 18 november 1555 werd hij aangesteld als lid van de Raad van State. Omstreeks deze tijd situeert zich de arrestatie van zijn medehelper Quiclet, beschuldigd van verklikking van het geheim cijferschrift en van het corresponderen met het Franse hof. Op 29 maart 1557 werd Quiclet terechtgesteld, ondanks protesten van Renard en vooral door toedoen van Granvelle. In augustus 1559 werd hij in zijn benoeming als lid van de Raad van State bevestigd, maar de vijandschap tegenover Granvelle werd nu eerst zeer hevig. Het gevolg bleef dan ook niet uit; in december 1562 kreeg Renard bevel van Filips II om zich in Bourgondië terug te trekken. In september 1564 begaf Renard zich naar Spanje, waar hij praktisch onder bewaking werd gesteld. Hij stierf te Madrid op 18 augustus 1573.
   Testamente: 1572 Simon Renard, ambassadeur, et Jeanne Lulier, sa femme (Ms. 1208 de la bibliothèque de Besançon, fol.22)
   Jérôme COLINET Internetstammbaum.
   Marc de SAINT MELEUC Internetstammbaum.
   Louis SUCHAUX Gallerie biographique du département de la haute saône (Biog. univ., t. XXXVII, p. 323): RENARD (Simon), 'homme d'Etat, naquit à Vesoul au commencement du XVI. siècle. Ayant terminé ses études à l'Université.de Dole, il prit ses degrés en droit, et fut pourvu, bientôt après, de la charge de lieutenant-général au bailliage d'Amont. Son mérite et sa capacité le firent connaître du chancelier Perrenot de Granvelle, et de son fils l'évêque d'Arras, devenu célèbre sous le nom de cardinal de Granvelle. Par leur protection, il obtint une place demaître des requêtes au conseil de Flandre, et parvint rapidement aux premiers emplois. Nommé d'abord ambassadeur en France, il fut ensuite envoyé à Londres pour conclure le mariage de l'infant don Philippe (depuis roi Philippe II) avec Marie (Stuart) [Anm.: Mit diesem Zusatz irrt die Quelle gewaltig], reine d'Angleterre. Renard montra beaucoup d'habileté dans celle négociation, et triompha de tous les obstacles qui s'opposaient à une alliance vivement désirée par l'évêque d'Arras, et que la France ne voyait pas sans inquiétude. Depuis il fut employé dans plusieurs affaires importantes, et eut part au traité de Vaucelles (1556), don les conditions furent trouvées ruineuses pour l'Espagne. Renard, dans cette circonstance, s'était écarté des ordres de sa cour, et le roi Philippe II lui en témoigna son mécontentement. Persuadé que Granvelle l'avait desservi, Renard s'unit aux ennemis de ce ministre et vint à bout de soulever contre lui la noblesse des Flandres. Il se permit, àl'égard de son bienfaiteur, les railleries les plus indécentes [1], et finit par pousser les mécon- tcnts à ledénoncer au roi comme lauteur des troubles des Pays-Bas. Granvelle feignit longtemps d'ignorer les menées de Renard; enfin, ne pouvant plus les dissimuler, il se contenta de lui écrire pour se plaindre de son ingratitude Nevous. Souvenez-vous plus, lui mandait-il, que c'est moi qui vous ai toujours soutenu, défendu et protégé partout Est-ceainsi que vous reconnaissez mes bontés, et que vous récompensez mon amitié. Pensez à vous-même, et je serais toujours prêt à vous servir [2] Loin de profiter de ces sages conseils et de reconnaître ses torts, Renard se flatta qu'aidépar le prince d'Orange et par le comte d'Egmond, il viendrait à bout de raire renvoyer le cardinal, et peut-être de lui succéder dans l'administration des Pays-Bas. Granvelle perdit enfin patience, et crut devoir punir un ingrat. Un desdomestiques de Renard, convaincu d'avoir vendu les secrets de l'Etat, avait été condamné à mort par le parlement de Dole. Dans ses interrogatoires, il avait laissé échapper quelques mots qui pouvaient compromettre son maître, mais qu'onavait négligé d'éclaircir. Le cardinal fit rechercher les pièces, et parla au conseil des charges qui existaient contre Renard. Celui-ci demanda des commissaires pour le juger, et déclara qu'il ne rentrerait point au conseil avant qu'on nelui eût rendu justice. L'emportement qu'il mit dans ses plaintes déplut à la cour, et il reçut l'ordre d'aller servir dans le comté de Bourgogne. Renard refusa d'obéir, prétextant que sa santé ne lui permettait pas de supporter les fatigues d'un si long voyage; mais voyant que les seigneurs flamands n'osaient pas le soutenir ouvertement, il prit leparti d'aller en Espagne, où il espérait trouver des amis plus capables de servir sa haine contre Granvelle. Avant son départ, il avait eu l'imprudence d'adresser au roi une requête par laquelle il lui reprochait de laisser ses services sans récompense, et qu'il terminait en donnant la démission de sa charge de conseiller d'Etat, demandant pour toute grâce d'être payé de ses appointements arriérés. Le roi, choqué de cette requête; le reçut très-froidement, et, aprèsune courte audience, le congédia. Renard languit plusieurs années à Madrid, dans la misère, et y mourut, dit l'abbé Boisot (Projet de la vie du, cardinal de Granvelle, p. 106), de chagrin ou autrement [3], le 8 août 1575. L'écrivainqu'on vient de citer fait ainsi le portrait de ce négociateur: .C'était un homme fort habile, ardent, beau parleur, maisrailleur et turbulent. Les Ambassades de Renard, 3 vol. in-fol. , font partie de la collection des Mémoires du card. deGranvelle conservés dans la bibliothèque: de Besançon. 
[1]   Au baptême du fils du comte de Mansfield, on fit une mascarade dans laquelle un homme habillé en cardinal était chassé par un diable avec des queues de renard. Granvelle, dit l'abbé Boisot, ne fit qu'en rire; mais le roi n'yentendit point railleries
[2]   Cette lettre, qui prouve et la modération du cardinal et son attachement sincère pour Renard, est imprimée dansles Memoires pour servir à l'histoire de Granvelle par Lesveque, I, 32 L'abbé Boisot en a publié une Autre, danslaquelle le cardinal offre de l'argent à Renard: Vous me le pourrez rendre, lui dit-il, après, avec votre commodité, ou je le recouvrerai avec le temps, sur vos gages d'Espagne car je désire que vous soyez accommodé, et vous poussertout au plus que je pourrai.
[3]   L'abbé Boisot veut sans doute faire entendre que Renard était soupçouné d'avoir termillé lui-même ses jours. Lebruit en courut dans sa, province, mais il ne s'est pas confirmé. On n'a pas manqué d'accuser le cardinal de Granvelled'avoir fait assassiner Renard; mais, au contraire, il donna des larmes à sa mort, et s'empressa d'offrir ses services àsa veuve et,et à enfants.
   Mém. pour servir à l'hist. de la ville de Vesoul Yverdun, 1779 (zitiert bei Suchaux): Simon Renard s'était marié à Jeanne Lullier, de laquelle il eut sept enfants; Nicolas Renard, dernier rejeton de cette race, mourut à Vesoul en 1698.
     George Edmundson, Chapter VI, The Revolt of the Netherlands [Beispiel für die Extremsicht von Granvelle, der sogar Renards Werk aus den Archiven entfernen ließ]: The Cardinal retired to his paternal estates near Besançon, without indeed withdrawing from public affairs, for he corresponded with rulers and statesmen in many countries ; but the tone of even more than philosophical resignation which breathes through the Cardinal's letters during this quiet interlude in his busy life was probably no pretence. There is much that is really great in his character ; and the odium which was aroused against his administration was largely due to misrepresentations wilfully disseminated as to his conduct and his motives. Many of these emanated from Simon Renard, a Burgundian like Granvelle, who had, by the friendship of the Cardinal and his father before him, become Spanish Ambassador in France and England, but who, disappointed at not being made Councillor of State, had turned on his benefactor. A study of the great minister's correspondence makes it quite clear that nearly all the grievances alleged against him were without foundation, and that, so far from being cruel or vindictive, his counsels were always on the side of moderation; and his conduct towards his enemies, with the single exception of Renard, who may be said to have been undeserving of clemency, was magnanimity itself.
   
The Rise of the Dutch Republic, Volume I., John Lothrop Motley: There was another lampoon of a similar nature, which was so well executed, that it especially excited Granvelle's anger. It was a rhymed satire of a general nature, like the rest, but so delicate and so stinging, that the Cardinal ascribed it to his old friend and present enemy, Simon Renard. This man, a Burgundian by birth, and college associate of Granvelle, had been befriended both by himself and his father. Aided by their patronage and his own abilities, he had arrived at distinguished posts; having been Spanish envoy both in France and England, and one of the negotiators of the truce of Vaucelles. He had latterly been disappointed in his ambition to become a councillor of state, and had vowed vengeance upon the Cardinal, to whom he attributed his ill success. He was certainly guilty of much ingratitude, for he had been under early obligations to the man in whose side he now became a perpetual thorn. It must be confessed, on the other hand, that Granvelle repaid the enmity of his old associate with a malevolence equal to his own, and if Renard did not lose his head as well as his political station, it was not for want of sufficient insinuation on the part of the minister. Especially did Granvelle denounce him to "the master" as the perverter of Egmont, while he usually described that nobleman himself, as weak, vain, "a friend of smoke," easily misguided, but in the main well-intentioned and loyal. At the same time, with all these vague commendations, he never omitted to supply the suspicious King with an account of every fact or every rumor to the Count's discredit. In the case of this particular satire, he informed Philip that he could swear it came from the pen of Renard, although, for the sake of deception, the rhetoric comedians had been employed. He described the production as filled with "false, abominable, and infernal things," and as treating not only himself, but the Pope and the whole ecclesiastical order with as much contumely as could be showed in Germany. He then proceeded to insinuate, in the subtle manner which was peculiarly his own, that Egmont was a party to the publication of the pasquil. Renard visited at that house, he said, and was received there on a much more intimate footing than was becoming. Eight days before the satire was circulated, there had been a conversation in Egmont's house, of a nature exactly similar to the substance of the pamphlet. The man, in whose hands it was first seen, continued Granvelle, was a sword cutler, a godson of the Count. This person said that he had torn it from the gate of the city hall, but God grant, prayed the Cardinal, that it was not he who had first posted it up there. 'Tis said that Egmont and Mansfeld, he added, have sent many times to the cutler to procure copies of the satire, all which augments the suspicion against them.
   Wolfgang Alt, Sprache und Macht: Berichtet von Bemerkungen Simon Renards zu den Sprachfähigkeiten u.a. des Spanischen Thronfolgers.
Bezüglich der Niederlande mußte Simon Renard, der Botschafter Karls V. in London in mehreren Briefen den Kaiser darauf hinweisen, „que le peuple et noblesse ne comportera Espaignolz en ce roïaulme, pour les qualifier d’ambition, d’orgeuil et d'importunité." [Renard an Karl V. 29.12.1553, in: Collection des voyages 1882:276.] Zudem heißt es: Solche Mißverständnisse konnten durch mangelnde Fremdsprachenkenntnisse noch gesteigert werden; so berichtet Simon Renard, der kaiserliche Botschafter, am 6.11.1553 aus London an Karl V. über seine Vermittlungsversuche: „davantaige qu’il fault considérer que Son Altèse et ses gens ne saichans parler anglois, et sera confusion grande entre gens qui sont rudes, inconstans et superbes; et ne les poura l’on entendre, moins pouront ilz estre entenduz, ni communicquer ce que seroit raisonnable“. 1321 Karl V. ließ deswegen auch in den Instruktionen für seinen Hofbeamten, Jacques de Bierbiesca, bestimmte Verhaltensweisen für Diplomaten aufnehmen, die diesen kulturellen Unterschieden und möglichen Mißverständnissen Rechnung trugen, „pour entretenir l’amitié et conversacion entre les nacions, leur deffendant de non se injurier l’ung l’aultre, ni de parolles ou autrement, se mocquer des usances, façons de faire et coustumes l’ung de l’aultre“.[Instruktion vom 2.4.1554, in: Collection des voyages 1882:370; s. a. Giesen, B. & Junge, K. 1996a:262f.] Alt liefert zudem eine Liste der Mitglieder des Flandrischen Staatsrates (Raad van State), dem auch Simon Renard angehörte, welcher zur Opposition gehörte und in Kastilien in Gefangenschaft verstorben sei. 
   John Lothrop Motley, The Rise of the Dutch Republic:
... At last the peace commissioners, who had been assembled at Vaucelles since the beginning of the year 1556, signed a treaty of truce rather than of peace, upon the 5th of February. It was to be an armistice of five years, both by land and sea, for France, Spain, Flanders, and Italy, throughout all the dominions of the French and Spanish monarchs. The Pope was expressly included in the truce, which was signed on the part of France by Admiral Coligny and Sebastian l'Aubespine; on that of Spain, by Count de Lalain, Philibert de Bruxelles, Simon Renard, and Jean Baptiste Sciceio, a jurisconsult of Cremona. During the precious month of December, however, the Pope had concluded with the French monarch a treaty, by which this solemn armistice was rendered an egregious farce...
Das Buch enthält zudem eine hervorragende Beschreibung der Feindschaft zwischen Renard und Granvelle. In allen Einzelheiten wird erklärt, wie Renard Granvelle mit Karrikaturen zur Weißgluttrieb und nur knapp seinen Kopf behielt: ...There was another lampoon of a similar nature, which was so well executed, that it especially excited Granvelle's anger. It was a rhymed satire of a general nature, like the rest, but so delicate and so stinging, that the Cardinal ascribed it to his old friend and present enemy, Simon Renard. This man, a Burgundian by birth, and college associate of Granvelle, had been befriended both by himself and his father. Aided by their patronage and his own abilities, he had arrived at distinguished posts; having been Spanish envoy both in France and England, and one of the negotiators of the truce of Vaucelles. He had latterly been disappointed in his ambition to become a councillor of state, and had vowed vengeance upon the Cardinal, to whom he attributed his ill success. He was certainly guilty of much ingratitude, for he had been under early obligations to the man in whose side he now became a perpetual thorn. It must be confessed, on the other hand, that Granvelle repaid the enmity of his old associate with a malevolence equal to his own, and if Renard did not lose his head as well as his political station, it was not for want of sufficient insinuation on the part of the minister. Especially did Granvelle denounce him to "the master" as the perverter of Egmont, while he usually described that nobleman himself, as weak, vain, "a friend of smoke," easily misguided, but in the main well-intentioned and loyal. At the same time, with all these vague commendations, he never omitted to supply the suspicious King with an account of every fact or every rumor to the Count's discredit. In the case of this particular satire, he informed Philip that he could swear it came from the pen of Renard, although, for the sake of deception, the rhetoric comedians had been employed. He described the production as filled with "false, abominable, and infernal things," and as treating not only himself, but the Pope and the whole ecclesiastical order with as much contumely as could be showed in Germany. He then proceeded to insinuate, in the subtle manner which was peculiarly his own, that Egmont was a party to the publication of the pasquil. Renard visited at that house, he said, and was received there on a much more intimate footing than was becoming. Eight days before the satire was circulated, there had been a conversation in Egmont's house, of a nature exactly similar to the substance of the pamphlet. The man, in whose hands it was first seen, continued Granvelle, was a sword cutler, a godson of the Count. This person said that he had torn it from the gate of the city hall, but God grant, prayed the Cardinal, that it was not he who had first posted it up there. 'Tis said that Egmont and Mansfeld, he added, have sent many times to the cutler to procure copies of the satire, all which augments the suspicion against them. 
   Cityvox zu seinem Haus: 1
4, Rue des Boucheries, 70000 Vesoul. Cet hôtel a été construit par Simon Renard qui fut ambassadeur de Charles Quint. Cet hôtel fut construit en 1525 et au XVIIIe siècle, la façade et le portail furent remaniés. On y remarque le plafond du porche, la tour hexagonale, ses gargouilles et sa porte gothique. Sur l'aile droite, vous verrez que l'empreinte du XVIIIe siècle est particulièrement visible.
   WAZAMAR, Geschlechterwappen: Simon Renard, geb. Vesoul (Franse Comté), overl. Madrid 1575. Spaans diplomaat. Wapen: In blauw een schuinbalk van zilver, beladen met een leeuw van zwart, genageld en getongd van rood en een uitgestulpte schildzoom van zwart. (falsch! gehört dem jüngeren Simon)
   childsgallery: Karikatur zu Simon Renard.
   Wikipedia: Botschafter in England von Juni 1553 bis Mai 1555. 
   Farbbild auf einer externen Seite. -> Scholarsresource: Öl auf Holz, 72x56 cm, Verkäufer: Bridgeman Art Library. (Anmerkung: Als der Geistliche Jean-Baptiste Boisot 1694 seine Gemälde per Testament vermachte, hielt er folgende Künstler für die Urheber: Tizian für das Porträt Grandvelles, Holbein für jene des Simon Renard und seiner Frau) Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France: le portrait du chancelier deGrandvelle de la main de Titien, celuy du cardinal son fils, dex autres portraits qu'on di estre de l'ambassadeur Renard et de sa femme, de la main d'Olbein, ...
   Jean Maria Thiebaud: SI IN PUTEO, ETIAM IN FONTE SALUS : devise latine de Simon Renard, ambassadeur de l’empereur Charles Quint (Chassan et Tausin)
   Cassinoarte: La corrispondenza fra Leoni ed il suo protettore don Ferrante Gonzaga, governatore di Milano e quella del Primaticcio con Simon Renard de Bermond, ambasciatore di Carlo Quinto presso la Corte di Francia, e con Antoine de Granvelle, vescovo di Arras, dimostra il contrario... [Der Maler Francesco Primaticcio, geboren in Bologna, war der Star-Ausstatter seiner Zeit und wurde "erster Geschmacksausstatter des Königs" genannt]
   Geschichte Mailands: In der Liste der Gouverneure von Mailand ist Simon Renard nicht erwähnt. Allerdings gab es von April bis Ende September 1546 eine Zeit, in der das einstige Herzogtum von einem Übergangsgouverneur geleitet werden musste. Für diese Zeit wird angegeben: "don Alvaro de Luna, castellano, ottenne la carica interinalmente." Es ist durchaus denkbar, dass Karl V. Simon Renard entstandte, zumal die Stadt seit 1535 unmittelbar dem (spanischen) Kaiser unterstand. Am 5.6.1546 übertrug Karl V. die Investitur an seinen Sohn Philipp II.: Carlo V dà la definitiva investitura (ma non ancora l'effettiva amministrazione) del ducato di Milano al figlio Filippo. L'investitura verrà resa pubblica nel dicembre 1549. Si tratta di una reinfeudazione del ducato a Filippo e ai suoi discendenti dopo che questo era devoluto all'Impero.
   Condottieri di ventura: Ludovico da Birago, 1548, entra in contatto con l'ambasciatore dell'imperatore Carlo V Simone Renard; si dichiara pronto a defezionare con la consegna di Chivasso e di Verolengo.
   Recherches historiques et statistiques sur l'ancienne seigneurie de Neuchatel Desle de Montjustin, tant en son nom que comme cessionnaire d'Anne de Roppe, sa mère, de Jacqueline de Montjustin, sa sœur, et d'Isabelle de Ferrette, sa nièce, fille de Claudine de Montjustin, vendit la seigneurie et maison forte de Bermont, à noble Simon Renard, docteur en droit, conseiller de l'empereur et son ambassadeur près du roi d'Angleterre (1555). Le chàteau de Bermont fut donc reconstruit dans la première moitié du 16e siècle. Suivant la tradition, les ouvriers occupés au rétablissement de cette forteresse ne gagnaient pas un liard par jour. Mais cette tradition ne peut se rapporter qu'à la construction primitive du chàteau de Bermont; car le prix des journées au 16e siècle, était plus élevé. (Die Tüme zu Bermont waren in einer früheren Auseinandersetzung von den Franzosen zerstört worden, während sie gezielt Neuenburg verschonten. Nun kauft Simon Renard das befestigte Haus und lässt es zaghaft aufbauen) 
L'année 1584 fut un temps de paix et de tranquillité dans la province: plusieurs vassaux: de Neuchàtel firent alors devoir de fief. ...Jeanne Lulier, veuve de Simon Renard, seigneur dans le val de Vyt.. (Simons Witwe erhielt 1584 das val de vyt zum Lehen)
En 1590, Charles Renard, fils aimé de Simon, possédait encore la seigneurie de Bermont; mais il la vendit quelque temps après à Desle de Mouthier. (1590 verkaufte Charles Renard, Sohn von Simon, der bereits die Herrschaft Bermont besaß, aber einige Zeit später an Desle de Mouthier).
   Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France: 1208 fol.22 Testament de l'ambassadeur Simon Renard et de Jeanne Lulier, mari et femme; Madrid, 6 novembre 1572; expédition sur papier. (No.13, jenes seines Sohnes Philippe). 1212 fol.33 commission de conseiller et maître aux requêtes ordinaire de l'hôtel de l'Empereur, pour Simon Renard, doctor ès droits; Ulm, 4 fevrier 1547 (n.st.); parchemin. 1212 fol.34 Patente de Charles-Quint rgalant six livres par jour l'indemnité supplémentaire accordée, en dehors de ses gages de maître aux requêtes, à Simon Renard, envoyé comme ambassadeutr près le roi de France, en remplacement de Jean de Saint-Mauris; Bruxelles 29 janivier 1549 (n.st.); parchemin. 1212 fol.36 Commission de conseiller et maître aux requêtes ordinaire du Conseil privé, donée par Philippe II, roi d'Espagne, à Simon Renard; 24 mars 1557.  (n.st.); parchemin. 214 fol.15 Ordonnance rendue par Simon Renard, lieutenant général du bailli d'Amont, pour une enquête concernant le détournement d'une partie d'echute mainmortable au préjudice de François Bonvalot, abbé de Saint-Vincent de Besançon et en cette qualité seigneur de Villerspater, Servigney, Bannas, etc.; 1er janivier 1543  (n.st.); parchemin. 
   Philippe II et la Franche-Comté, Lucien Febvre: 

Jeanne Lullier war eine Tochter des noblen Berthod Lulier und seiner Ehefrau Anne Andrey, de Morey. Sie müsste 1515 geboren sein und war demnach vielleicht zwei Jahre jünger als ihr Ehemann. Oftmals wird sie als Tochter des Nicolas Lullier, Herr von Raucourt, und der Guyotte d'Orchamps bezeichnet, doch dies ist sicherlich falsch. Nicolas Lullier soll 1501 geboren sein, wäre also zu jung gewesen, um ihr Vater zu sein. Möglicherweise war er ein älterer Bruder oder Stiefbruder. Für eine Verbindung zwischen der Familie von Raucourt mit der Preigney bzw. von Morey (was möglicherweise von Berthods Frau herrührt), habe ich nicht gefunden. Der Hinweis in alten Genealogien, die Familie sei aus Paris gewesen, kann durchaus richtig sein, zumal es dort eine begüterte Kaufmannsfamilie Lhullier gab. Der Familienname ist auch in der Normandie vertreten, aber ebenso iam Genfer See. Wenn beide Stämme Lullier, wie behauptet, erst um 1520 zugezogen wären, fragt sich, wer um 1510 mit 72 Jahren (nämlich der Sekretär Jean Lulier) aus alter Zeit berichtetet? Von wem stammen die Luliers ab, die die berühmtesten Bildhauer und Gestalter ihrer Zeit in Besançon hervorbrachten, und warum hat ausgerechnet der berühmteste dieser Bildhauer einen Humbert Lulier in Stein gehauen?
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Jeanne Lulier, sœur de Hubert Lulier, écuyer, seigneur de Preigney...
  
Nobiliaire de Franche-Comté LULLIER. Famille originaire de Morey, et anoblie par Charles-Quint. François Lullier, seigneur de Preigney, Chauvirey, Vitrey, Ouge, la Quarte, etc., devint premier président du parlement en 1653. Il n'eut pas de postérité. Alliances : Andrey, Santans, Dard, Sonnet, etc. Armes: d'argent, à un olivier arraché de sinople, à deux branches passées en sautoir.
  
Jérôme COLINET Internetstammbaum.
   Wikipedia zu möglichen Verwandten: Ce fut un mécène du nom de Claude François Lullier qui fut à l'origine de l'arrivée des moines. Il venait d'une famille qui avait précisément ses origines à Morey et qui avait été anoblie par Charles Quint.
   Parks in der Franche-Comte Parc botanique du château d'Ouge: La construction fut achevée en 1590 par Guillaume Lullier dont le grand-père était "secrétaire ordinaire" de Charles Quint.


Jean Renard wird 1554 als Geistlicher an der Stadtkirche in Besançon sowie Offizial der Diözese Besançon erwähnt. Sein Todesdatum ist dem Obituarium des Metropolitankapitels von Besançon zu entnehmen: der 23.1.1577 
Quellen:
   
Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Jean Renard, frère de Simon, fut chanoine à l'église métropolitaine; et official du Diocèse de Besancon. 
    Mémoires et documents inédits pour sevir a l'histoire de la Franche-Comté, pub. : 836. - 1577, 23 januarii (25 augusti (B). - Joannes Renard, de Dole, canonicus et officialis Bisuntinus.

  
Jérôme COLINET Internetstammbaum: Chanoine de Besançon e 31.01.1554


Claudine Renard war mit dem Politiker François Terrier (zirka 1510 geboren und 1572 in Vesoul gestorben, "Bailly de Vilersexel") verheiratet. Er war Finanzrechtler zu Luxeil. François Terrier strebte danach, den Parlamentspräsidenten von Dôle zu ersetzen. Gemeinsam mit Verbündeten stritt er gegen den Vizepräsidenten Colin. Er wurde von Marc de Rye unterstützt und hatte Rückendeckung beim Herzog d'Orange. Den Ausgang der Wahl, die erst 1573 entschieden war, erlebte Terrier nicht mehr. Die Kinder aus ihrer 1544 geschlossenen Ehe hatten Ehepartner namens Joignot, Baressol und Richardot.
Quellen:
   
Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... François Terrier, docteur ès droits, bailli de Villersexel fit partie de la députation choisie parmi les éleves nobles de l'Université, pour présenter à l'Archiduc Philippe
le Bel, lors de son passage dans la ville de Dole, un diplôme de docteur en droit civil, ainsi que je l'ai rapporté au chapitre 4 de cet ouvrage. Il reprit de fief certaines propriétés acquises de Brocard de Cuttebri, de madame Claude de Rye, à cause de sa seigneurie de Noidans, par acte reçu du notaire Loiseau, le 18 août 1541. Il épousa Claudine Renard, sœur de Simon Renard, Ambassadeur de Charles-Quint ...

  
Jérôme COLINET Internetstammbaum.
   Marc de SAINT MELEUC Internetstammbaum. Avocat fiscal à Luxeil.
   Laurent Caron de Lessan, Internetstammbaum.
   Pidoux de la Maduère "les officiers du parlement de Dole", p 25: François Terrier fût en compétition pour laplace de président du parlement de Dole. Il dût lutter entre autre contre le vice président Colin. Il était soutenu par Marc de Rye, et le jurisconsulte Srtatius, patroné par le duc d'Orange dont il était lesurintendant en Bourgogne. Tous étaient compromis dans la confrérie de Sainte Barbe dont on sait que les menées étaient pro-huguenotes. Finalement ce fût Pierre Froissard de Broissia qui fût choisi le 29 octobre 1573.


Louis Renard, Finanz-Staatsmann, war 1554 der Steuereinnehmer von Faucogney und 1558 der Schatzmeister der Bailliage d'Amont zu Vesoul. Auch 1564 stammen die Rechnungen für Faucogney noch von ihm. 1575 allerdings bezichtigte ihn das Parlament der Untreue und sorgte für seine Inhaftierung. Zehn Jahre darauf starb er. Ludovicus Renard und Antoinae Bonvalot (Tochter des Jean Bonvalot, Dr.jur.; ausgerechnet aus der gleichen Familie wie die Mutter von Simon Renards größtem Widersacher) ließen am 10. September 1563 in Vesoul, St. Georg, eine Tochter auf den Namen Anne taufen. Seinem Sohn gab er den Vornamen Louis weiter.
Quellen:
  
Jérôme COLINET Internetstammbaum: Receveur de Faucogney en 1554 Trésorier d'Amont a Vesoul en 1558. Poursuivi en parlement pour malversation et encore prisonier en 1575.
   IGI: Anna Renard, Tv. Ludovici Renard e Antoniae Bonvalot geboren und getauft 10.9.1563 zu Vesoul.

?  Renard, Miterbin von Soirans, verheiratet mit Pierre Vaulchard, Dr.jr zu Dole. 
Quellen:
  
Retraite et mort de Charles-Quint au monastère de Yuste Commission de conseillier de nostre court de parlement à Dôle, pour messire Pierre Vaulchard, docteur es droiz, ou lieu de feu messire Pierre Phénix.


Anne  Renard, Herrin von Antully, Miterbin von Soirans, verheiratet mit Philibert de  Montconis, Gouverneuer und Capitaine der Zitadelle von Chalon. 
Quellen:
  
Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies,... Anne Regnart oo Philibert de Montconis. Chevalier de l'Ordre du Roi & d'Anne Regnard: Anne de Montconis oo 23.8.1564 Claude Bouton. 
   Wiki: Tour de Champiteau: Tour de Champiteau: 1537 il passe à Claude Regnard. 1554 il appartient à Philibert de Montconis.
   Memoires: Philibert de Montconis, gouverneur et capitaine de la citadelle de Chalon, vint à mourir en 1575 (...) Anne, fille de Philibert de Montconis, ce capitaine à la citadelle de Chalon, et d'Anne Regnard, dame d'Antully et de Soirans. (...) En 1570, Anne Regnard étant morte, le partage de ses biens se fit entre Philibert Bernard et Georges de Saint-Belin. Philibert de Montessus prit alors le titre de seigneur de Soirans. Au cours de Tannée 1575, Philibert de Montconis mourut, et ses héritiers représentés, d'une part, par Jean de Montconis son fils, et d'autre part, par ses deux gendres agissant au nom de leurs femmes, firent trancher leurs difficultés par une sentence arbitral en date du 16 décembre 1575. Philibert de Montessus, qui possédait déjà la seigneurie de Soirans et une part dans celle de Brandon, devint encore propriétaire de territoires à Jambles, à Bissey-sous-Cru-chaud, à Moroges, etc.
Quelle offenbar: 3 E 35273 GRILLET Adam, notaire à Chalon-sur-Saône


Claude Renard war 1586 "général des monnaies" (der Verantwortliche für das Münzwesen und gleichzeitig für die Goldschmiedezunft). Angeblich aus Dole und Sekretär des Kardinals Granvelle. Dies dürfte jedoch eine Verwechslung mit dem jüngeren Simon (seinem Bruder?) sein.
Quellen:
    Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Claude Renard, de Dole, neveu de Simon, est titré d'amé et féal, dans les patentes de général des monnaies, que le Roi lui accorda le 8 juillet 1589. 
  
Jérôme COLINET Internetstammbaum: verweist mit der Zuordnung eines Claude Renard auf de Lurion.
   TRACES D’HISTOIRE DE FRANCHE-COMTÉ: Archives départementales du Doubs: RENARD Claude – B 737 – Arrêt sur requête transmettant au procureur général une requête en honoraires présentée par Claude RENARD, général des monnaies, Claude GYOT et Jean SARSILLET, orfèvres, ayant vaqué à l’essai de monnaies grillées et frangées, évaluées par édit du Parlement. 25 juillet 1586. (serie B aux AD de Besançon)


Françoise Renard heiratete Etienne de Mugnand (in einem Stammbaum als Etienne de Munaus, Herr von Courbeizon bezeichnet), Herr von Comberjon. Ihr Schwiegervater, Jean de Mugnan, war Georgs-Ritter. Sie ist die Mutter des Philibert Mugnand, der sich mit Guyonne Racle
, Tochter des Jean Racle, Herr von La Roche, in Colombier verehelichte. Im Stundenbuch des Grafen von Burgund (etwa 1470-1490) sind die Ehe aus dem Jahr 1608 und die Taufe seiner beiden Kinder eingetragen. Die dort erwähnten Paten belegen die rekonstruierte Verwandtschaft. Das gemeinsame Testamant, in dem ihr Mann auch als Captaine de Montaigu bezeichnet wird, ist in Vesoul registriert worden.
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Françoise, mariée à Etienne de Mugnan; seigneur de Comberjon, fils de Jean de Mugnan, chevalier de St.-Georges. 
   Bibliorare Stundenbuch des Grafen von Burgund: Malgré le concours des plus grands spécialistes, les armoiries maintes fois représentées dans ce livre (d'azur à six coquilles d'argent 3, 2 et 1, accompagnées en cœur d'un soleil vivant d'or. Et d'azur à la fasce d'or, accompagnée en chef de trois pointes renversées d'or, et en abîme d'une quartefeuille d'argent boutonnée de gueules), n'ont pu être identifiées, ni le monogramme GG répété dans les marges (ƒ 9 r° et v°, 52 v°, 54, 55 r° et v°, 58 v°, 59, 60 r° et v°). Ces armoiries sont contemporaines du livre, quoiqu'elles fussent parfois peintes sur les rinceaux et feuillages des marges. Ce livre d'heures fut vraisemblablement exécuté pour un foyer de la noblesse du comté de Bourgogne. Par le jeu des héritages, ce livre fut conservé jusqu'à notre époque dans une vieille famille française. L'on peut penser que l'enluminure manquante, l'Adoration des mages, représentait les commanditaires du livre, à genoux devant l'Enfant Dieu, et que ce fut pour cette raison qu'elle fut ôtée quand ce livre passa en d'autres mains. 
Au verso du dernier feuillet, d'anciennes inscriptions furent effacées, mais que la lampe de Wood permet de révéler:
1) 03 ou 13 juin 1608: mariage de Philibert de Mugnand avec Guyonne Racle, fille de Jean Racle seigneur de La Roche.
2) 4 (?) avril 1609 : naissance de leur fils Jean François, parrain Jean Racle son grand-père, marraine Simonne Renard sa grand-mère. Baptisé à Colombier.
3) 30 août 1610: naissance de leur fils Jean Claude, parrain Claude de Mugnand sieur de Lessiez (?), marraine Valentine Jougnol (?) femme de Claude Terrier docteur ès droits à Vesoul. Baptisé à Colombier.
Il s'agit de la famille chevaleresque des sires de Mugnans, au comté de Bourgogne. Philibert était fils d'Étienne de Mugnans et de Françoise Renard, elle-même fille de Simon Renard, ambassadeur en France puis en Angleterre pour Charles Quint. Guyonne Racle était fille de Jean Racle baron de La Roche, seigneur de Fouchecourt, et de Guyonne Jacquinot. En remontant "tout azimut" les ancêtres de ce couple jusqu'à la sixième génération, l'on n'a pas trouvé de famille qui eût porté, même approximativement, les armoiries représentées dans le livre. 
   Archives départementale: B6690 Etienne de Mugnans, seigneur à Comberjon et capitaine de Montaigu, et dame Françoise Renard, mari et femme (zw. 1608 u. 1621)


Jeanne Renard wird von den Nachfahren des Parlamentsrates Quentin Jacques offenbar irrtümlich als Stammmutter genannt. Die Ehefau des Quentin Jacques hieß mit zweitem Vornamen Antoinette, deren Ehemann ist erst nach der Eheschließung von Simon Renards Tochter Jeanne mit Raimond de Mesmay 1580 gestorben. Raimond war der Sohn von Renobert de Mesmay und Jacquette Rousselot, Jeanne die Tochter von Symon Renard und Jeanne Lulier aus Vesoul. Raymond de Mesmay, Finanzverwalter des Königs Philipp II., erbte von seinem Onkel Léonard Rousselot, das Haus Rousselot zu Montbozon. Die Ehe blieb indes ohne Erben. Nach 1602 wird Raimond de Mesmay als Witwer bezeichnet. Jeanne Renard kann wegen des frühen Todes auch nicht die Frau von Jean Hout gewesen sein. Der augenscheinliche Irrtum entsteht dadurch, dass die Ehefrau des adligen Jean Hout, Bürger zu Besancon, zweimal in der Visitationsliste von Vesoul vorkommt: 1614 als Anne, 1617 als Jeanne Renard. Es scheint sich also um die Tochter von Charles oder eher noch um die von Louis zu handeln.
Quellen:
   destination70 (Tourismusprospekt Haute-Saone zu Montbozon):
Maison forte construite au XVIe siècle (1567) par Léonard Rousselot, cédée en 1602 aux Jésuites par son neveu et héritier Raymond de Mesmay, procureur fiscal du roi Philippe II d’Espagne. Cour intérieure avec une façade Renaissance, tours fortifiées.
   Ma bibliothèque poétique.: Quatrieme partie, Jean-Paul Barbier-Mueller: ...Raymond épousa Anne Renard, fille de l'ambassadeur Simon Renard, mais leur mariage resta sans descendence. Le titre de Mesmay revint alors à son demi-frère, Étienne II de Mesmay, enfant du troisième lit.
   Correspondance de l'abbé Rousselot, constituant (1789-1795) Von Claude-Germain Rousselot, Anne Marie Malingrey: ...il (Mesmay) était veuf de Jeanne Renard depuis 1602)

 
Eleonore Renard heiratete Marc de Conflans, Herr von Broye oder/und Amance
Quellen:
  
Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Eléonore Renard, épouse de Marc de Conflans, écuyer, seigneur d'Amance, dont la famille est éteinte par Auguste-Madeleine de Conflans, dame de Montureux, mariée, par contrat du 26 mars 1702; à Philippe, comte de Monlezun.
   Jean Nova heiratete Marc de Conflans, Seigneur de Broye


Marie Renard schloss im Jahr 1587 einen Ehevertrag mit Pierre Marcel de Mairot, Mitherrn von Valaye und Chaumercenne. Diese Tatsache schließt es für sich betrachtet bereits aus, dass Marie auch die Ehefrau von eines Herren Pierrard gewesen wäre, wie dies verschiedentlich behauptet wird, denn dieser Pierrard ist erst 1590 gestorben. Marie Renard wird der Titel "Dame à Chargey et Calmoutier" beigeordnet.
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Pierre Mayrot, écuyer, seigneur de Vallay, Chaumercenne etc. capitaine de cavalerie, épouse en première noce, par contrat du 23 décembre 1587, Marie Renard de Bermont, fille de Simon Renard, chevalier, seigneur de Bermont, conseiller d'état de Charles-Quint, et son ambassadeur aux Cours de France et d'Angleterre, et en seconde noce, par contrat du 15 novembre 1597, Geneviève de Champagne, fille de Philippe de Champagne, écuyer, seigneur de Liesle, et de Louise de Beaujeu. Il eut du premier lit 1. Charles, qui suit, 2. Guyon, 3. Antoine, 4. Marguerite Mayrot, mariée, par contrat du 6 décembre 1611, à Nicolas Sonnet, écuyer, seigneur d'Auxon, Chargey, Calmoutier, Gressoux, Aboncourt, Gesincourt etc, fils de Charles Sonnet, écouyer, seigneur desdits lieux, et de Geneviève de Champagne.
   Jérôme COLINET Internetstammbaum: Dame à Chargey et calmoutier 
   


Der Pate von Philippe Renard war niemand anders als Philipp II. von Spanien. Noch 1579 wird er in Besançon erwähnt, in der Testamentsliste. Allerdings starb der älteste Sohn von Simon Renard kinderlos. Sein Geburt liegt gut sechs Wochen vor der Heirat von Philipp II mit Maria von England (oo 25. Juli 1554). Die Geburtsdaten der Kinder von Simon Renard entstammen aus einer Quelle, die ich bislang nicht überprüfen konnte. Mir ist im IGI aufgefallen, dass in Saint Martin in the fields, in Westminster, London, also ganz zentral, am 27.8.1554 ein Kind namens Phillip Renard getauft wurde. Eltern sind jedoch nicht angegeben.
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Philippe Renard filleul du Roi, il testa à Besançon le 13 de janvier 1579, et mourut sans enfans.
   Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France: 1208 fol.13 Testament de Philippe Renard, seigneur de Bermont, fils de l'ambassadeur Simon Renard; Besançon, 13 janivier 1579; original sur papier. (No.22, jenes seines Vaters)

   IGI: Phillip Renard 27 AUG 1554 Saint Martin In The Fields, Westminster, London.

Frédéric Renard ist lediglich namentlich in den Familienbeschreibungen aufgeführt. Sollte er nicht bereits als Kind gestorben sein, so hat er sicherlich außerhalb von Vesoul geheiratet. 


Charles Renard übernahm von seinem Vater den Titel des Herrn von Bermont und kaufte sich 1590 aus der Familie seiner ältesten Schwester Fouchecourt hinzu, für 14.000 Franc. Zur selben Zeit hat er Bermont veräußert. Er heiratete Jeanne Vigoureux, die Tochter des Quentin Vigoureux, Herr von They und von Munaus, und der Marguerite de Vers.
Quellen:
  
Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Charles Renard, seigneur de Bermont, acheta la terre de Fouchécourt en 1590. Il épousa Anne Vigoureux, fille de Quentin Vigoureux, écuyer, seigneur de They, Mugnans, etc. et de Marguerite de Vers. Il en eut Deile, Claude, Claudine et Anne Renard. 
   Edmond Desoche: Fouchécourt (...), depuis 1582, est vendu par Autorité et Décret de la Cour du Baillage d'Amont au siège de Vesoul, à Charles Renard, Seigneur de Bermont, pour 14 500 Frs.

Louis Renard lebte in Vesoul. Drei Töchter lassen sich im Internet ausfindig machen. Seine Ehefrau Jeanne stammte aus der 1512 geadelten Familie Sonnet und trug den Namenszusatz "d'Auxon". Antoine Sonnet war  1512 Herr von Gesincourt, Auxon und Calmoutier. Claude Sonnet war 1535 General-Leutnant des Amtes Amont (wie wohl nach ihm auch Simon Renard). Ein Paul Sonnet wird als Edelmann, Herr von Auson, in Vesoul genannt.
Quellen:
   IGI: Anthonia Renard, Tv. Ludovici Renard e Annae Sonnet getauft 22.9.1587 zu Vesoul.
   IGI: Anna Regnard, Tv. Ludovici Regnard e Annae Sonnet, getauft 13..9.1591 zu Vesoul.
   IGI: Johanna Baptista Regnard, Tv. Ludovici Regnard e Annae Sonnet, getauft 3.6.1596 zu Vesoul.
  
Nobiliaire de Franche-Comté SONNET. Marguerite d'Autriche anoblit, en 1512 Antoine Sonnet, sieur de Gesincourt, Auxon et Calmoutier. Claude Sonnet, lieutenant général du bailliage d'Amont, devint conseiller au parlement en 1535. Erard-Joachim-Irénée de Sonnet, seigneur d'Auxon, fut admis à Saint-George en 1753. Alliances : Mésandans, Moustier, Terrier, Marquis, Parisey, Lullier de Chauvirey, Millet, etc. Armes : d'azur, à sept sonnettes d'or posées 2, 1, 2, 1 et 1. 

Anne Renard war möglicherweise die Ehefrau von Jean Hout aus Besançon. Sie hatte weiterhin Einfluss in Vesoul, wo sie noch zweimal zu den Erwählten gehört, die bei der Visitation zugegen waren. Vermutlich war sie die Tochter von Charles, vielleicht aber auch von Louis.
Quellen:
   IGI: Anna Regnard, Tv. Ludovici Regnard e Annae Sonnet, getauft 13..9.1591 zu  Vesoul. ODER Anna Regnard, Tv. Caroli Regnard, getauft 29.2.1588.
   Hortense Naquet-Radiguet: Jeanne Renard, Tochter des Botschafters, Ehefrau von Noble Hout, ebenso bei Jean Nova. (falsch!)

   Archives départementales Haute-Sâone 11/1614: Anne Renard, femme de noble Jean Hout, citoyen de Besançon. Allerdings: 11/1617: Jeanne Renard, femme de noble Hout, citoyen de Besançon.


Jeanne Antoinette Renard war mit dem Parlamentsrat Quentin Jacques verheiratet. Sie wird von den Nachfahren irrtümlich Simon Renard zugeordnet. Sie scheint dennoch zur Familie des Botschafters zu gehören und war wohl eine Tochter des Louis Renard oder eine Nichte von Simon und Louis. Die Tochter Catherine war mit Claude/François de Mantoche aus Nans verheiratet. Der Enkel Jean Baptist de Mantoche war noch 1601 bis 1604 als Dr.jur. Vizegouverneur von Besançon.
Quellen:
   Ancêtres a'Weng Cambolas Internetstammbaum. Catherine Jacques, Tv. Quentin Jacques und "Jeanne" Antoinette Renard aus Nans, heiratete Claude oder Francois de Mantoche, Marchand, Cogouverneur de Besançon en 1573-1581. Représente le quartier de Saint-Quentin. Cité dans l'obituaire métropolitain de Saint-Etienne. Quentin Jacques war "Conseiller au Parlement". Laut Lurion habe er das Wappen Simon Renards gezeigt: "D'azur à l'ancre marine entre deux dauphins d'argent renversés, mordant l'ancre; au chef enté d'or, à l'aigle d'azur." oder "D'azur à la bande d'argent chargée d'un lion de sable armé et lampassé de gueules, l'écu bordé d'une engrêlure de sable.

Simon Renard, aus Dôle, geadelt 1583 und Inhaber des Wappens mit dem bewehrten Löwen im silbernen Schräger auf blauem Grund, genagelter Rand auf schwarzem Untergrund. Er ist womöglich ein Neffe von Simon Renard und dann wohl ein Bruder von Claude, der ebenfalls als "général des monnaies de Bourgogne" erwähnt wird. Erstaunlich ist, dass ein solch naher Verwandter des Botschafters Simon Renard, noch dazu mit gleichem Namen, Sekretär von Granvelle gewesen sein soll.
Quellen:
    
Nobiliaire de Franche-Comté: RENARD. Simon Renard, originaire de Dôle, anobli par finances le 31 octobre 1583, fut général des monnaies de Bourgogne, et secrétaire du cardinal de Granvelle. Armes : d'azur, à la bande d'argent, chargée d'un lion de sable, armé et lampassé de gueules; à la bordure engrêlée de sable.

Claude Renard, Herr von Vaivre und Montoille, heiratete Louise-Françoise de Billy. 
Quellen:
    Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Claude Renard, écuyer, seigneur à Vaivre et Montoille, épousa Louise-Françoise de Billy, et fut père d'Anatoile Renard, né le 13 de novembre 1637, marié à Charlotte Clerc, fille de Jean Clerc de Neurey, seigneur de Belmont, Trétudant , Bellefleur, etc. Conseiller d'Etat du Duc de Lorraine

 

Claudine Renard war Ursulinenschwester. Sie starb im Glanze nahezu heilig zu sein im Alter von erst 19 Jahren.
Quellen:
  


Anatoile Renard ist am 13. November 1637 geboren und heiratete Charlotte Clerc, die Tochter des lothringischen Staatsrats Jean Clerc aus Neurey. Auch er war Doktor der Rechte.
Quellen:
    Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... Claude Renard, écuyer, seigneur à Vaivre et Montoille, épousa Louise-Françoise de Billy, et fut père d'Anatoile Renard, né le 13 de novembre 1637, marié à Charlotte Clerc, fille de Jean Clerc de Neurey, seigneur de Belmont, Trétudant , Bellefleur, etc. Conseiller d'Etat du Duc de Lorraine
   Archives Départemental du Doubs B2472: Anatoile Renard, docteur en droit.

Francoise Renard heiratete 1693 Etienne oder Carementrant, de Germigney. Kurz nach dem gewaltsamen Tod ihres Bruders verkaufte sie ein Erbe, das offenbar aus einem weit entfernten Zweig der Familie Renard stammte. Die Mitherrschaft über Reynans erinnert an Claude Renard, der 1527 noch zwei Herrschaften in Reynans besaß. Als Witwe heiratete sie 1718 Claude Antoine Argent, der - wie der erste Ehemann - Doktor des Rechts war.
Quellen:
   Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets... obiliaire de Franche-Comté Jean-Cesar Labbey de Sauvigney, épousa en 1722 Anne-Marie de Carmantran, fille d'Etienne, Seigneur de Germigney, et de Françoise Renard, dernière descendante de l'Ambassadeur de Charles-Quint, du même nom. Il n'eut de son mariage qu'un fils unique, Jean-César Nicolas Labbey, qui suit. 
   Datensammlung J.P.Gallacier:
X à Vesoul (70) le 20/12/1718 70550 De: ARGENT Claude Antoine, Profession de Docteur juré, Avec: RENARD Françoise, Originaire de Vesoul, Veuve de CARMANTRAND Dominique.

Jacques Renard, geboren 1595, soll ein Kammerrat gewesen sein. Jean Nova und Jacque Peyroutet führen über ihn und seinen angeblich 1624 geborenen Jacques RENARD, der Kammerpräsident gewesen sein soll, ihre Vorfahren auf Simon Renard zurück. Dies ist jedoch falsch. Der Stammbaum der Familie in Calais kann nur auf die Familie in Ferrières in der Picardie zurückgeführt werden. Der Stammbaum ist bis zu Jean Baptiste Renard und Jeanne Gérard richtig. Dieses Paar hatte 1745 geheiratet und lebte später in Paris. Das Haus steht noch. Die richtigen Vorfahren dieses Jean Renard sind Louis Renard (1694-1750) und Jeanne Robillard, Louis Renard und Madeleine Gervoise sowie Gilles Renard (+1698) und Anne Bouchenot. (vgl. Jean Bpt. RENARD)
Quellen:
  falsch:  Jacques Peyroutet: Conseiller au Parlement, geboren 1595. ... Jean Baptist RENARD:
Notaire, Avocat, geboren 1708, heiratete am 15.9.1778 Jeanne Gerard (+1781). 1792 in Paris im Alter von 84 Jahren gestorben.
Ebenso falsch:
Jean Nova: Geboren im Jahre 1762, verstorben im Jahre 1793 - Paris, Guillotiné place de la Concorde.

Jean Renard, Dr.jur., war Bürger zu Besancon. Er heiratete am 1.2.1681 in der Pfarrei Saint Marcellin Suzanne d'Auxiron, die Tochter des Mediziners Pierre Matthieu d'Auxiron.  
Quellen:
  
Jean-Marie Thiébaud, LA DESCENDANCE DE JEAN D'AUXIRON, DE VALOREILLE (DOUBS), NÉ VERS 1470: Pierre Matthieu d’Auxiron, né le 30 novembre 1603 à Valoreille (Doubs), baptisé à Chaux-les-Châtillon (Doubs), décédé à Besançon (Doubs), reçu docteur en médecine en Avignon le 19 avril 1627, citoyen de Besançon le 18 juin 1633, professeur de médecine à l'Université de Dole (Jura). Marié le 17 avril 1630, Besançon (Doubs), avec Anne Galliot (alias Galiot), née le 28 février 1616 à Besançon (Doubs), fille d’honorable Jean Galliot et de Jeanne Sarragoz, dont -- Suzanne d’Auxiron, née le 29 août 1646 à Besançon (Doubs), baptisée en l’ église Saint-Marcellin. Mariée le 1er février 1681, église Saint-Marcellin de Besançon, avec Jean Renard, docteur en droit, citoyen de Besançon.

Jacques Denis Renard, geboren 1683, gestorben 1757, war im Jahr 1731 Bürgermeister von Besancon. Das Amt wechselte jährlich. 1705 hieß der Amtsinhaber Jean Batiste Renard. 
Quellen:
   MairesGenWeb: avocat. 1705 Jean Baptiste Renard, 1731 Jacques Denis RENARD als Bürgermeister genannt, allerdings mit den selben Lebensdaten! 1683 bis 1757.

diverse andere:
Jean Renard, 1326 châtelain (Knappe/Kastellan?) von Chillon am Genfer See, Vater von Guillermet. (Falls es sich nicht um zwei Vornamen handelt.
Quellen:
    http://www.aasm.ch/agsb/1828.html: AGSB 1868
1326, 27 février, Villeneuve.
Jean de Allodiis, juge en Chablais et en Genevois, notifie que Nantermet, de Vouvry, a vendu au prévôt du St-Bernard, Guillaume, des biens qu'il possédait vers le port de Vouvry et pour lesquels il doit au châtelain de Chillon, Jean Renard, 60 livres de Genève, en raison de redevances au comte de Savoie, et à Rodolphe de St-Jeoire, 10 livres de Genève, en raison de la ferme de la souste de Villeneuve. Le prévôt acquéreur de ces biens est tenu aux mêmes redevances et s'en acquitte.
Témoins : Guillermet, fils dudit châtelain; Mermet Bondet, clerc et Etienne de Serreres.
Sceau en cire brune, du juge en Chablais, appondu sur simple queue de parchemin, un fragment du sceau manque.
Parchemin, 28 x 20 cm, latin; regeste au dos; dans une chemisette de papier portant un regeste italien.

Etienne Renard, 1413 Pfarrer von Frasne-le-Château.
Quellen:
    Testamente: 1413: Etienne Renard, curé de Frasne-le-Château (Nr. 851).

Philibert Regnart, 1555/56. Erstellt mit dem Beamten Jean Chisseret eine Rechnung wegen der Aushebung von Männern für die Verteidigung Burgunds.
   
Archives départementales Haute-Sâone 1555-1556: Dijon - Bailliage - Compte de Philibert Regnart et de Jean Chisseret, commis par les élus des trois Etats du duché de Bourgogne, pour la levée des deniers des gens de guerre, dans le bailliage de Dijon, siéges de Beane et Nuits.
???        Archives dept. Doubs: Saint-Aubin: autre repris par Philibert Renard, docteur en drot, pour la grange dite de Toulongeon. (irgendwann zw. 1605-1629)

Renobert Renard, 1618. Den Mort-Bois (Totenwald) zu Santans vergeben.
   
Archives dept. Doubs: accensement perpétuel du bois dit le Mort-Bois fait par la Chambre à Renobert Renard, moyennant le cens de 4 blancs, 1618

Jacques Renard, 1579 Kaplan der Schlosskapelle von Vesoul. 1606-1613 erwähnt als Pfarrer von Noroy. Simon Renard war 1547/48 Kastellan von Noroy gewesen.
   
Archives départementales Haute-Sâone 12/1606: messire Jacques Renard, curé de Noroy-l'Archevêque. Ebenso: 1613
    Archives dept. Doubs: B3179: entre Jacques Renard, curé de Noroy-l'Archevêque, chapelain de la conciergerie de Vesoul, et Antoine Malbouhans, receveur de la seigneurie de Vesoul, 1615.

Jean-François Renard, 9/1621.
   
Archives départementales Haute-Sâone 9/1621: Jean-François Renard, tabellion général en Bourgogne, demeurant à Jonvelle.

Zum Hintergrund: 
Der Ort Vesoul war aus einer Häuseransiedlung im Umfeld des Schlosses (der Motte) entstanden und gehörte bis 1370 zum Lehen der Faucogney. 1360 wurde die Stadt von den Engländern niedergebrannt und erst 1480 von Herzog d'Amboise aufgebaut. Margaretha von England trug noch 1502 den Titel "Dame de Jonvelle". Dreimal verlor der Landstrich den Großteil seiner Bevölkerung, und um 1535 zeugten die meisten Namen von einer auswärtigen Besiedlung. 
    La ville se constitua autour du château de La Motte. La vicomté et le château de Vesoul furent fief de Faucogney jusqu'en 1370. En 1360, la ville fut pillée et incendiée par les Anglais; reconstruite, elle fut anéantie à nouveau en 1480 par le duc d'Amboise.
    Histoire de Jonvelle u.a.  Marguerite d'Angleterre continua de porter jusqu'à sa mort (1502), le titre de dame de Jonvelle, qui n'avait point cessé de faire partie de son douaire, malgré l'usurpation momentanée des sires de la Trémouille. Le premier acte de la duchesse dans ce domaine, après la paix de Senlis, fut de le donner à réméré, pour quatre mille écus de Florence, à don Ladron de Ghénarraz, gentilhomme espagnol, en considération de ses grands services. Le roi confirma la donation (1493). Ensuite elle nomma un bailli pour la ville et un capitaine pour le château, et ce fut à Claude-François d'Occors, seigneur de Gevigney, que cette double charge fut confiée. Premier pannetier de Maximilien et capitaine de Saint-Omer (1479), prévôt de Gray (1483) bailli de Dole (1487), capitaine du château de Vesoul (1492), inspecteur des troupes du capitaine de la Gaudenière (1493), conseiller de Maximilien (1494), cet officier distingué avait donné dans ces différents emplois des preuves de courage et d'habileté qui lui méritèrent son nouveau titre. 
    En 1595 ce furent les massacres de Tremblecourt et d'Aussonville, puis le pillage et les combats menés par les Comtois. 

GESCHICHTE:
1479
Louis XI von Frankreich erobert Teile Burgunds.

1530 Das Fürstentum Orange wird nassauisch
1546 Die Grafschaft Charolles wird spanisch.
24.4.1547
Schlacht von Mühlberg an der Elbe. Kaiser Karl V. (katholisch) siegt mit Hilfe seines Bruders König Ferdinand gegen den Schmalkaldischen Bund (protestantisch).
15.5.1548 geharnischter Reichstag zu Augsburg.
1551 Fürstenverschwörung wegen der Gefangenhaltung der protestantischen Fürsten durch den Kaiser, Abfall des Moritz von Sachsen (mit Frankreich verbündet): Eroberten Franken und Schwaben, besetzten Innsbruck.
2.8.1552 Vertrag von Passau: Augsburger Interim aufgehoben, allgemeine Amnestie, und paritätischer Ausschuss zum Beenden der Streitigkeiten - bereitete den Augsburger Religionsfrieden vor.
1553 Karl V. scheitert in Italien und belagert Metz (im Winter) erfolglos.
25.9.1555 Augsburger Religionsfriede. Religionseinheit aufgegeben, Glaubensspaltung besiegelt.
25.10.1555 Auf Wilhelm von Oranien gestützt, verkündet der gichtkranke Kaiser Karl V. seine Abdankung, zu der er sich nach dem Tod seiner Mutter entschlossen hatte. 
16.1.1556 Neapel, Sizilien, Mailand und Spanien mit seinen Kolonien an Sohn Philipp übergeben.
12.9.1556 Kaisertum an Ferdinand übergeben.
15.10.1556 Staatsakt in Brüssel zur Trennung der Habsburger in eine österreichische und eine spanische Linie.
28.9.1556 kommt Karl V. in Laredo an.
21.9.1558 Tod von Karl V.

1566-1569 calvinistische Banden plündern Orte in Burgund.

GEOGRAPHIE:

Besancon:

47°14'10"N
6°01'30"O
Bourbévelle: 
47°55'28"N
5°56'26"O
Dole:
47°05'34"N
6°23'1"O
Fondremand:
47°28'27"N
6°01'37"O
www
Jonvelle:
47°56'13"N
5°55'15"O
Langres:

47°51'46"N
5°20'02"O
Marast:

47°33'24"N
5°29'35"O
Mirebel:
46°42'04"N
5°44'08"O
Rainans:
47°09'22"N
5°28'56"O
Soirans
47°12'22"N
5°17'15"O
Vesoul:
47°37'22.11"N
6° 9'27.79"O
Hotel Simon Renard

 

KARTEN:
1588